1ère expérience de soumise


Mon 1er Maître / lundi, mai 28th, 2018

J’avoue que ma première expérience fut plutôt étrange mais c’est celle-ci qui m’a également donnée envie de continuer. Elle m’a permis de me découvrir et de me faire aimer la soumission.

Nous nous étions convenus d’un mot si jamais il allait trop loin : « Stop ». Seulement, je m’étais préparée à ne pas l’utiliser. Je voulais profiter de l’expérience à fond que cela me plaise ou non.

Je voulais découvrir ce monde dans toutes ses largesses.

Mon maître m’avait donnée des ordres. Je devais l’attendre nue à genoux. Mon derrière tourné vers la porte.

Lorsque j’avais imaginé la situation, j’avais trouvé cela excitant. Quand je me retrouvais dans cette position, ma rationalité reprit le pas : « Qu’est-ce que j’étais en train de faire ? A quoi je ressemblais ? Après tout, les femmes s’étaient battues pour être libres et j’attendais mon maître dans cette position avilissante. » J’essayais de faire taire cette voix. Hors de question que la raison ou autre me gâche mon expérience.

Dans tous les cas plus le temps, j’entendais l’ascenseur s’ouvrir. Mon maître arrivait.
Il prit son temps pour entrer et fermer la porte.

Je restais ainsi, en attendant ce qu’il allait faire et surtout me faire.

Il m’attrapa par les cheveux et m’entraîna dans le salon. Il me disait :
« C’est quoi cette position, salope ? Tu vas être punie pour cette indécence. »

Il vint vers mes fesses et me donna des fessées. Quand je dis fessées, ce ne sont pas de simples tapes. Ce sont des vraies fessées qui font mal et qui font rougir.

Et pourtant, je pris un plaisir à les recevoir. Je subissais sans rien dire jusqu’à ce qu’il dise :
« – A qui tu appartiens ?
– A moi.
J’eus droit à de nouvelles fessées jusqu’à finir ce qu’il s’en lasse. Il était en train de m’éduquer.
– A toi.

Il me fessa de nouveau en me disant. Répète :
– Je t’appartiens. »

Il revint vers ma bouche et enleva son pantalon ainsi que son caleçon. En me tirant les cheveux, il me fit comprendre qu’il désirait une fellation.

Je le pris à pleine bouche. Je faisais des va-et-vient.  Il accompagnait ma tête en me tenant par les cheveux. Par moment, je retirais son sexe de ma bouche et je jouais avec lui avec ma langue.

« – C’est bien. Tu commences à comprendre. Je vais te dresser. »

D’un coup, il me rejeta en arrière. Il me remit à 4 pattes et commença à me prendre la chatte.

Je l’entendais qui disait :
« – Humm. Quelle est bonne cette chatte. A qui elle est ?
– A toi. Je t’appartiens.
– Oui. Tu es à moi et à personne d’autre. Je vais te l’apprendre. »
Il continua ainsi quelques minutes et se retira.

Tout en me tirant à nouveau les cheveux, il me remit debout. Je mis les mains sur mon canapé. Il me fit cambrer. Je reçus de nouvelles fessées. Et il m’informa :

« –  Sais-tu que tu es à moi toute entière ?
– Oui Maître.

Il commença à caresser mes fesses. Ses doigts s’approchaient d’elles :

« – Une soumise doit se donner entière. Tu le sais ?
– Oui Maître. »

Il se tut et je sentis sa queue me pénétrer par mon derrière. Il était en train de me sodomiser.

J’appréhendais quelque peu car je n’avais pas eu de bonnes expériences sur cette pratique par le passé. Toutefois,
tout ce qu’il me faisait me plaisait. En tant que soumise, je devais tout accepter de mon Maître. Seul lui sait ce qui est bon pour moi.

Je fus enchantée de découvrir qu’il avait sa méthode dans la sodomie. Cette dernière me permit de découvrir la jouissance que cette pratique pouvait donner. Il faisait des va-et-vient tout en me répétant combien il adorait mon cul et combien je lui appartenais. Je ne cessais de lui dire que j’étais à lui, rien qu’à lui et que seul lui pouvait disposer de mon corps.

Mon maître finit par se lasser, il se retira et me poussa sur mon canapé pour mieux me retourner.

Il voulait prendre mon autre orifice. il me fit lever mes jambes de manière à ce que mes jambes soient autour de son cou. Et là, il fit une chose surprenante tout en me pénétrant avec la sauvagerie qui lui appartient :

« – Ce n’est pas aussi facile. « 

Il commença à donner des baffes à mes seins :

« – Je dois t’apprendre mes préférences et ce que cela veut dire que de m’appartenir.
– Stop. J’ai compris. Je t’obéirais et je subirais toute punition que je méri…. »

Je ne pus finir ma phrase à cause de la jouissance qui m’envahissait. Nous prenions tous les deux un plaisir inimaginable. Je le voyais à son regard.

Je savais que ce plaisir n’était pas dû qu’à une seule queue qui me pénétrait. C’était l’ensemble du jeu qui m’avait fait monter ce plaisir à ce point. Tout ce qu’il m’avait fait m’avait plus qu’excitée.

Quand nous eûmes terminé, il s’allongea à côté de moi et nous essayâmes tant bien que mal de reprendre notre souffle.

Nous échangeâmes sur ce qu’il venait de se passer. Ce qui m’avait plu ou non. Ce qui m’avait le plus excité. Ce que lui avait apprécié de cette expérience.

Ce fut ma première découverte en tant que soumise mais ce ne serait certainement pas la dernière !

4 réponses à « 1ère expérience de soumise »

  1. Bonjour,Je vous assure que tous mes récits sont des expériences vécues.Les exceptions sont lorsqu'il est précisé qu'il s'agit d'un fantasme. Ceux-là sont imaginaires.Si vous vous intéressez au BDSM, vous constaterez que d'autres font des pratiques qui vont plus loin que celles que je raconte.

  2. Tout dépend de l'envie de cette femme. j'ai découvert cet univers et l'humiliation apporte du plaisir. Il en faut de tout pour faire un monde.Toutefois, je ne raconte pas toutes mes expériences sexuelles sur ce blog. Uniquement celles qui traitent des jeux de soumission.

Laisser un commentaire