Confession lors d’une insomnie


Confession et Réflexions de Lili / dimanche, octobre 18th, 2020

Cet article ne parle en aucun cas de sexe mais d’une femme qui n’arrive pas à dormir à cause de 1001 pensées et questions.

Le déménagement, ma fille pré-adolescente, les problèmes de santé de mon chat, le mariage, la générosité, ce que j’aimerais, ce que je n’ai pas, ce que je devrais accepter…. Tout se bouscule dans ma tête. par moment, je m’en sors, par moment, je me dis que je devrais revoir une psy…

Je savais qu’un déménagement était crevant mais celui-là m’a vraiment épuisé et pioché dans mes forces. Je sais qu’il y a toujours des couacs, des problèmes. Mais j’avoue qu’hormis le fait d’emballer, tout bouger et tout déballer, tout a été compliqué. Je ne vais pas dire que c’était contre moi mais le cumul était très fatiguant. Je n’en reviens pas que 1mois et demi après, j’en ressens encore les contre coups. Même si ces derniers sont affaiblis.

Je retrouve mon rythme avec les enfants. Mais voilà, la grande est entrée en 6ème et ses notes, ses évaluations, tout est faible, sous la moyenne. Peut être que j’en fais tout un plat mais elle qui veut devenir vétérinaire, c’est mal parti. Pourtant, je l’aide ou essaie de l’aider du mieux que je peux dans les devoirs.

Mais voilà, Mademoiselle veut se débrouiller seule. Sans compter que j’ai bien du mal à me faire obéir ne serait-ce que pour ranger. je sens que les méthodes employées jusqu’à présent ne sont plus efficaces. je sens qu’elle m’échappe. Qu’elle prenne son autonomie est une bonne chose mais je n’aimerais pas que ce soit à ses dépends.

Tout comme un bon parent, je ne veux quel le meilleur. alors, je me pose des questions sur mon rôle. Comment lui parler, comment lui expliquer les choses, comment l’aider, la soutenir et lui faire comprendre que reconnaître avoir besoin d’aide n’est pas une mauvaise chose.

Alors j’ai l’impression que le lien se perd. Que je ne peux plus l’atteindre. Que je ne peux être que spectatrice et pour l’instant qu’à l’école, de ses difficultés. Est-ce le cas de tous les parents? Est-ce normal ?

Déjà que mon quotidien n’est pas simple, du fait de l’âge de mon chat, des problèmes de santé apparaissent. Elle a fait une prise de sang ce jour qui va sceller la suite : médicaments ou sommeil éternel. Je ne sais que lui souhaiter. Un traitement est lourd, pénible et demande des frais dont je me passerais bien. Le sommeil éternel, elle ne souffrirait plus. Dans les 2 cas, je ne suis pas bien car une compagne de 17 ans quand elle ne va pas bien, cela ne peut que toucher, non ?

Aujourd’hui, j’ai assité ) un mariage et j’envie l’amour qui lie ces deux persponnes, c’était tellement beau, touchant mais me rappelle combien cela me manque, combien c’est loin et combien cette sorte d’amour est bien loin de moi. A tel point que je me demande sincèrement s’il peut de nouveau exister dans ma vie. Je suis tellement méfiante, peureuse, je ne veux plus que l’on me trahisse, me fasse souffrir, m’humilie ou autres… Sans compter la difficulté ne serait-ce que de rencontrer un autre et qu’un feeling naisse.

D’autant que ce marié, Yannick et d’autres sont venus m’aider lorsque j’en ai eu besoin lors du demenagement. Jusqu’à présent, j’ai du beaucoup trop souvent ne compter que sur moi-même. Non pas que je ne voulais que d’autres viennent mais qu’à chaque fois que j’aurais aimé de l’aide, personne n’est venue. Cela a changé quand j’ai divorcé, 2 femmes formidables m’ont aidé et j’ignore si j’en serais là aujourd’hui sans elles. Alors quand Yannick depense des centaines d’euros pour que je puisse dormir correctement ou qu’un ami vienne tout un dimanche pour réhabiliter un appartement, cela me.touvhs profondément sans que je comprenne pourquoi ils sont aussi gentils et généreux envers moi. Quand je pose la questions, les personnes me disent que c’est rien pour eux et que je le mérite. Mais je mérite quoi ? C’est gentil à eux mais je sais pas gérer une telle générosité. Je ne sais ni que dire no que faire. je suis mal à l’aise. alors je dis juste merci, que cela me touche. Et voilà. Et pourtant, je trouve cela tellement insuffisant comparé à leurs gestes envers moi…

Alors, je me retrouve seule à devoir gérer le quotidien non pas que le mien mais aussi d ceux que j’ai choisis : mon chat et mes enfants.

Dans ces moments-la, j’ai l’impression que tout est faux-semblant. Celle qui doit me consoler, me rassurer, prendre les décisions, assumer les malheurs, les bonheurs, c’est moi et moi seule.

J’ai du monde autour de moi qui ne cesse de clamer que je peux compter sur eux. Mais je suis seule le soir dans mon lit et par moment en pleurs, me demandant si j’ai bien géré la ou les situations. Qu’aurais je pu faire ? Aurais-je dû agir ou faire les choses différemment ?

Et j’avoue que j’ai bien a accepter le fait que je dois gérer tout cela seule en m’appuyant sur mes proches.

Alors je remets en cause certaines relations dont 2. Mais celle qui me pose le plus de problèmes est mon sex friend. Par moment, nous sommes sur l’amitié, dans d’autres sur le sexe et parfois dans le sexe uniquement. Et lenhic, c’est qu’à chaque fois où l’on est dans le sexe uniquement, je me demande si je compte un minimum, si je suis là que pour assouvir ses envies et basta. Je dis pas que le sexe ne me plaît car j’avoue que j’adore avec lui. Mais je mérite plus et j’ai envie de plus. L’amour serait mieux mais non présent alors je prends cette amitié qui m’aide. Mais quand elle n’est pas la, j’ai l’impression que le sexe ne me suffit pas.

Quand je suis dans cette phase, vient alors la décision : je veux arrêter. Mais voilà, soit je n’arrive pas à la prendre. Soit je reviens très vite dessus en me disant que je dois prendre ce que la vie m’offre et l’accepter.

Mais est-ce vraiment cela que je dois faire ? Car c’est pareil avec Yannick, je prends ce que la vie m’offre. Mais est ce que cela n’empêche pas finalement de réaliser ce que je désire ? Rencontrer un homme, un feeling et de l’amour ? Qui peut le savoir au final ?

Je dois prendre les décisions et les assumer. Mais personne ne peut dire que cela aurait pu changer ou non quelque chose. En tout cas, sur cette question.

Alors tout se bouscule dans ma tête. Je crois que j’ai tout accumulé dans le demenagement sans trouver le moyen d’extérioriser et le mariage qui est une so belle preuve d’amour est la goutte d’eau qui me fait remuer .

D’autant que tous s’accordent à dire que mon appart est super, que c’est bien que j’ai ma chambre.. il faut savoir que je suis passée du privee à un HLM. je ne suis pas dans une tour mais dans une résidence sécurisée. Et pourtant, j’ai l’impression d’avoir régressé socialement et que je ne donne pas le meilleur à mes filles. Et cela, personne ne le sait mais cela me travaille.

Il n’y a aucune honte à dire que je suis dans HLM et c’était la seule possibilité pour moi si je voulais que nous ayons chacune notre chambre. J’aurais pu rester dans le privé mais alors j’aurais du continuer de me priver de chambre ou alors de mettre les filles dans la même chose compliquée quand l’une est prête ado et l’autre encore à l’étape d’enfants

Beaucouo me disent que je suis une belle personne, que je mérite le bonheur. En attendant, je me sens seule dans mon lit, à gérer ce quotidien, à trouver des solutions à gérer les émotions de mes filles et les miennes que je cache la journée pour pouvoir gérer les leurs et qui finissent pas sortir tot ou tard.

Mon quotidien me paraît lourd. mais c’est évident que c’est lié à une part de non acceptation. J’ai bien du mal à me dire et à accepter que je dois faire tout cela toute seule. Et pourtant, je le suis…

Alors les questions restent en suspens. Je me sens perdue et j’ignore le chemin à prendre.

Mais tous s’accordent à le dire que je ne dois pas faire une croix sur l’amour et qu’il finira par montrer le bout de son nez et certainement quand je ne m’y attendrais pas.

Mais en attendant, je fais quoi ? Je continue les z relations ? Comment je gère ma première adolescente ? Comment alléger mon quotidien ? Comment me réveiller et en me couchant avec le sourire ? J’en sais rien.

Laisser un commentaire