Confession sur le sexe de Lili


Confession et Réflexions de Lili / jeudi, juillet 2nd, 2020

Je ne vais pas raconter toute ma life mais pour beaucoup de gens, une soumise adore le sexe et accepte toutes sortes d’ordres et de jeux.

Et pourtant, j’ignore ce qu’il en est pour les autres mais pour moi, il y a des choses qui sont très compliquées.

Pour comprendre, je vais vous résumer mon chemin de vie. En ce qui concerne mon éducation sexuelle, à proprement parler, je n’en ai pas eu si ce n’est une expression de dégoût vis à vis du sujet. Ma mère ne l’a jamais dit explicitement mais c’est ce que j’ai toujours ressenti venant d’elle sur ce point.

Il faut dire qu’elle est catholique non pratiquante même si elle a été jusqu’à la communion donc autrement dit le sexe c’est de la reproduction et encore…

De ce fait, mon éducation sexuelle s’est faite via les séries adolescentes, les films… J’ai bien sûr essayer de regarder quelques pornos mais j’ai très vite éteint parce que cela m’ennuyait et par la suite, j’ai su que je n’aimais pas regarder ce genre de film.

Donc vous vous doutez bien que mes premières expériences n’ont pas été géniales. Mais est-ce que cela l’est vraiment pour quelqu’un ?

J’ai eu très peu de petit copain avant de rencontrer mon ex mari, qui est en passant un pervers narcissique.

Vous devez aussi savoir et je l’ai su bien après que même si j’en étais réellement amoureuse, je me suis mise avec lui car j’étais persuadée que personne d’autre ne pouvait m’aimer. Et qu’il y a un coté, je me suis mise avec lui par défaut. Ce qui est une vérité.

Je ne vais pas épancher sur des années de mariage qui ont apporté bien plus son lot de malheur que de bonheur et qui n’ont fait que détruire le peu d’estime que j’avais de moi et la confiance en moi.

En matière de sexe, j’ai découvert des choses notamment de forts soupçons sur mon aspect “soumise”. J’ai voulu explorer ce côté mais quand il daignait jouer ce rôle, je ressentais de la perversité, de la malsanité et je détestais ca.

Alors oui, j’ai découvert des pratiques, des accessoires mais aussi le viol conjugal, le non respect du non, le fait de lui faire plaisir même si je n’en éprouvais pas moi-même.

A la sortie de ce mariage chaotique, je me trouvais moche, nulle, inculte, bête et surtout incapable de mener une vie seule et célibataire avec tout ce qui restait du mariage.

Bizarrement, quand j’ai déménagé dans une nouvelle ville, à chaque fois que je sortais j’ai eu des propositions de toutes sortes. Je m’en suis d’abord étonnée et compris que eux respectait le “non”. C’est là que j’ai compris que le comportement de mon ex-mari était vraiment pervers dans tous les sens du terme et découvert ce qu’était la définition d’un pervers narcissique qui lui correspond vraiment. Bien sûr, vous lui en parlez, il niera tout en bloc. Et pourtant, j’ai une centaine d’anecdotes qui le prouve.

Bref, j’ai eu envie de m’amuser et d’accepter les opportunités qui s’offraient à moi y compris sexuellement. J’ai pu découvrir des nouvelles pratiques mais surtout le vrai plaisir mais qu’apparemment je n’ai fait qu’effleurer selon @Yannick_lt. Apparemment, aucun de mes partenaires ne m’ont poussé jusqu’au plaisir extrême. ce qui a un coté navrant en fait.

A ce jour, je me rends compte de plusieurs choses :

  • J’ai toujours peu d’estime pour moi et si peu confiance : Je dénigre les compliments qui peuvent m’être faits quelle que soit la personne et le domaine. Parce que pour moi, c’est impossible que l’on puisse parler de moi avec des termes aussi positif. Peu de confiance parce que je doute toujours de prendre la bonne décision. Bien que tous ceux qui m’entourent m’assurent que je m’en sors plus que bien au vu de ma situation et que je sais que je suis dans une meilleure situation que bien d’autres. Et pourtant, je râle et je me plains.
  • Je suis trop négative : Je me rends compte du positif qui arrive. Seulement voilà, j’ai tellement peur qu’un malheur ne l’atténue ou le détruise que je le fais moi-même. Et puis si le malheur arrive, je me dis j’avais raison. Et pourtant, je crois en la loi d’attraction. Si on pense négatif, le négatif arrive. Alors je fais des efforts pour être plus positive.
  • Je n’écoute pas mes envies parce qu’au vu de mon chemin de vie et des difficultés et des malheurs arrivés, je me dis que si je me laisse aller aux envies, je vais avoir du plaisir et du bonheur. Seulement, qu’en sera-t-il après ? Alors je m’en prive. pas totalement sinon je ne serais plus de ce monde. j’accepte certaines envies et plaisirs et en rejettent d’autres.

Dit ainsi, cela n’a l’air de rien et pas si dramatique puisqu’il suffit de faire des exos pour se félificiter de ce que l’on réussit, d’assumer les conséquences des décisions, de se focaliser sur le positif sans l’amoindrir et de laisser le négatif à sa juste valeur, d’écouter les envies tant qu’elles ne font pas de mal à autrui.

Et pourtant ! Je travaille sur mois depuis des années notamment grace au développement personnel et j’ai évolué. D’après Yannick, j’ai vraiment progressé malgré que j’ai l’impression de stagner.

Une personne est entrée récemment dans ma vie et me fait réaliser mes blocages :

  • Bien que cela me procure du plaisir et c’est presque un besoin : je ne m’accepte pas en tant que soumise. Du fait de mon éducation et ma culture, cette partie de moi a un côté malsain. J’ai du mal à me regarder dans un miroir dans cette position, je n’arrive pas à dire “Monsieur”… Ce qui est contradictoire avec mon corps qui, apparemment, adore être humilié alors que mon cerveau rejette.
  • Je n’arrive pas à me masturber seule ou devant quelqu’un. Comme pour le point précédent, je trouve cela “malsain” alors je bloque ces envies. Quand je parle de masturbation, c’est avec les doigts ou avec un accessoire. J’ai plusieurs personnes qui m’ont vanté les mérites de cette pratique mais voilà je bloque.
  • Je suis incapable de faire une live en caméra même si je suis habillée ou que la personne ne voit que mon visage. Cela me gêne d’avoir à gérer la réaction de la personne en face, qu’elle me voit… Dans la réalité, j’ai des échappatoires, j’ai des moyens de contournement et de fuite que je ne peux utiliser par ce mode. En général, la personne en face est positive et me complimente mais je ne supporte pas. Parce que je crois pas en ces compliments et ne comprends pas pourquoi elle peut penser cela de moi.

Note : C’est en partie pour cette raison que mon visage n’est pas présent dans le sphotos, il y a aussi l’acceptation de m’exhiber comme je le fais mais surtout pour que mon entourage ne sache pas.

Et c’est aussi la raison pour laquelle je ne fais quasiment jamais de vidéos. Surtout en live.

Cette personne qui est entrée dans ma vie m’indique que ce n’est normal de refuser de me masturber, que ce n’est pas normal que je supporte pas une caméra. Pas pour les pratiques en elles-mêmes. Mais parce que je dois savoir qui je suis et m’accepter y compris le côté soumission. Aussi parce que j’ai droit au bonheur, profiter du moment présent. Et qu’il y aura toujours du négatif qui se produira mais qui n’est pas forcément lié au positif produit.

Autrement dit, ce n’est pas parce que je suis heureuse qu’un malheur va forcément se produire.

Pour simplifier, voici ce que je ressens sur un même événement en prenant l’exemple de mon expérience en club libertins : https://lilisoumise.fr/au-club-a-plusieurs/

Quand je suis positive et “ouverte”, je pense à cette expérience qui donne envie de recommencer, de récupérer tout le plaisir possible, de vivre pleinement le moment, de remercier les personnes m’ont donné ce plaisir…

Quand je suis négative ou disons avec moins d’envies, je pense à cette expérience où je me donne comme une pute gratuite où les hommes ont pu profiter de moi vu que je m’offrais à eux. Que c’est malsain et qu’il est hors de question que je recommence.

Autrement dit, mon corps qui adore recevoir le plaisir, qui en veut, en demande et est passionné par le sexe ET

Mon cerveau qui rationalise, qui pense, qui se rapproche de l’éducation des croyances qui trouve cela malsain, pas bien presque interdit. Sans compter que pour lui, cela amplifie mon problème d’estime et de confiance en moi.

Donc la question, c’est comment mettre d’accord le corps et le cerveau ?

Apparemment, découvrir qui je suis et l’accepter. En commençant par dire à mon cerveau qu’il n’y a rien de mal dans le sexe et que j’ai droit d’éprouver le plaisir réclamé par le corps.

Facile, n’est ce pas ? Ben pas pour moi. Alors si vous avez des conseils, je suis preneuse.

Voilà ma confession du jour. Est-ce que cela a fait du bien ? En partie et certainement que j’avais besoin de dévoiler ce que je cache depuis des mois à tout le monde. Mais dans le même temps, je me rends compte du chemin à parcourir, des exos qui seraient bien de pratiquer pour aider mais que je fuis parce que je sors de ma zone de confort et que j’arrive pas à m’y tenir. Mais surtout je m’en crois incapable.

Alors contradiction entre l’envie de changer et les difficultés que je me rajouter pour m’en empecher.

2 réponses à « Confession sur le sexe de Lili »

  1. Bonjour Lili, je suis moi aussi une soumise en apprentissage depuis tres tres peu de temps, et j adore ca. Il y a un mot choc dans ces quelques lignes c est Humilié. Pourtant quand je lis comment Monsieur Yannick s occupe de toi, tu n’es pas humiliée.
    Etre soumise ne veut en aucun cas dire etre une pute mais Sa pute a lui qui prends soin de te faire plaisir autant que tu lui en procure. Ce ne doit etre a aucun moment degradant sinon ce n est plaisant pour aucun. Et j ai vraiment l impression qu il fait tres attention a tout cela.
    Amantelilli sur qon blog ecrit que tout cela est d abord tres cerebral… et j ai l impression que tu n es pas encore prete pour cela entierement 😉.
    Lorsque Monsieur Yannick te prend par le cou, au lieu de le taquiner essaie plutot de ressentir la chaleur que cela te procure et l envie instantanee de la suite… Je pense perso qu il faut que tu essaies juste de plus profiter et de deconnecter ton cerveau 😁.
    Ah oui je tiens a te preciser que je suis tres loin d etre une bombasse sache le.
    Grace a ce message tu aura mon adresse mail, n hesites pas a mon contacter si tu le souhaite (je suis certaine que tu as pleins de choses a m apprendre 🙂🙂).
    Bien amicalement

    1. Bonjour,

      Merci beaucoup pour ton commentaire adorable et encourageant. Quand je parle d’humiliation ce sont les pratiques telles qu’être a genoux à embrasser ses pieds ou a être laissée ou être promenée a 4 pattes.
      Apres tu as raison, Monsieur Yannick fait très attention à moi, à mes ressentis et veille à ce que je vive le mieux possible chaque moment.
      La taquinerie me permet justement de le transformer en jeu, de ne pas prendre conscience de ce qui est, d’aider à mettre en off mon cerveau.
      Ce qui est un problème pour moi aussi bien dans ma vie quotidienne.
      Ce qui pose problème ce jour et Monsieur Yannick l’a bien compris est d’accepter le fait que je suis une soumise, que j’adore cela et que c’est presque même un besoin.
      Mais à côté, c’est quelque chose que je cache à mon entourage. La société ne donne pas une bonne image de ce genre de choses. Du coup, je suis partagée. Et c’est cela qu’il faut que j’arrive à faire. Dire fuck à la société. Car finalement si quelque chose te fait du bien, est nécessaire pour toi sans que cela nuise à qui que ce soit, en quoi c’est mal ?
      D’autant que j’ai bien vu que je suis loin d’être la seule et que c’est bien plus courant qu’on ne le pense ai final.
      Bref, je vais faire un travail sur cela. J’ignore encore comment mais je vais faire des efforts.
      Merci à toi pour ce partage. Er si besoin, je suis disponible aussi que ce soit twitter, Facebook ou mail.

Laisser un commentaire