question-2.jpg

J’ai organisé un ive sur twitter vous permettant de poser des questions sur moi, mon blog et la soumission en général. Pour ceux qui n’étaient pas présents, voici les questions (et les réponses) qui ont pu être posées.

Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à me contacter.

Dans un premier temps, voici la liste et l’ordre, je vous laisse scroller sur la page pour lire la ou les réponses qui vous intéressent :

  1. Il ne me semble pas que tu aies déjà couché avec ton maître. Est-ce le cas?
  2. Comment devenir une soumise sans que cela empiète sur la vie professionnelle et surtout sans que cela se sache ?
  3. Je suis une femme trans de 53 ans, est ce un handicap ?
  4. Pourquoi du nutella la table de nuit ?
  5. Comment tu appréhendes une situation ?
  6. Comment tu appréhendes la douleur ?
  7. Pourrais-tu vivre en mode soumission en H24 ?
  8. Qui donne les idées des photos du calendrier ?
  9. Quels sports t’intéressent ?
  10. Pourrais-tu soumettre un homme ou une femme ?
  11. Comment sait on si on est soumise et dominante ?
  12. Pourquoi tu tutoies ton maître ?
  13. Sur se twitter on voit beaucoup de compte ou faut payer ou aller sur d’autres comptes
  14. Est ce que tu fais de la soumission exclusivement avec Monsieur Yannick ou tu peux le faire avec d’autres personnes ?
  15. As-tu des limites ou choses rédhibitoires en terme de soumission et bdsm ?
  16. Comment t’es venu l’envie de pratiquer la soumission et bdsm? Est ce que un événement particulier est apparu pour que l’envie te vienne à l’esprit ?
  17. Quels sont tes critères de choix pour te dire tel ou tel homme peut convenir pour être ton maître ? Pour devenir ton maître, faut-il passer par l’étape du jeu de séduction ?
  18. Concernant les voyeurs, la décision te revient à toi seulement si tu as envie de le faire ou pas avec des voyeurs ?
  19. Il existe une vraie connexion entre Monsieur Yannick et toi, C’est limite télépathique ?
  20. Comment faire et où peut on rencontrer son éventuel maître ?
  21. Les contrats sont il une sécurité, qui décide quoi et comment le rédiger ?
  22. Justement pour éviter tout débordement que peut-on faire pour se protéger ?
  23. Pour être totalement dans la soumission vaut il mieux être célibataire ?
  24. Est-ce qu’un événement traumatique peut amener au BDSM?
  25. Est-il difficile de gérer des relations multiples dans la soumission !?
  26. Que penses-tu des ces domina qui humilient en permanence leurs soumis sur leurs Twitter ?
  27. Quels sont tes fantasmes

Les réponses :

  1. Il ne me semble pas que tu aies déjà couché avec ton maître. Est-ce le cas?

Monsieur Yannick fait partie des dominants pour qui la personne soumise doit mériter la queue de son Maître. A ce jour, Monsieur me parle de pénétration que ce soit vaginale ou anale. Toutefois, il existe d’autres raisons qui nous empêche la pénétration à date. Mais cela viendra et j’espère très vite.

2. Comment devenir une soumise sans que cela empiète sur la vie professionnelle et surtout sans que cela se sache ?

C’est mon cas. Personne au travail ni mon entourage n’est au courant de mon statut de soumise. Au travail, parce que l’image compté énormément et que je risque de le perdre s’ils découvrent que je dévoile ma sexualité et même mon corps dans un blog ou les réseaux sociaux.

Quant à mon entourage, certains risqueraient de mal réagir, d’autres de ne pas comprendre. Et comme je tiens à eux, je leur cache.

En réalité, c’est simple pour que cela n’empiète pas, il suffit de mettre des règles afin qu’aucun jeu de soumission ne soit fait lors du travail ou lors de rencontre sociale.

3. Je suis une femme trans de 53 ans, est ce un handicap ?

Je connais très mal le monde des trans, je suis mal placée pour répondre à cette question.

Néanmoins, je suis partisane pour la vérité. Lorsqu’une personne trans rencontre des personnes surtout dans le cadre sexuelle, elle se doit de le dire.

Maintenant, est-ce que cela est considéré comme un handicap, je l’ignore. J’espère qu’il existe des personnes suffisamment intelligentes d’esprit et ouvertes pour les voir comme des personnes normales avec des besoins et de vouloir les satisfaire.

4. Pourquoi du nutella la table de nuit ?

J’ai voulu montrer par la photo de ma table de nuit des objets qui me représentent :

  • L’ordinateur pour ma vie professionnelle mais aussi mon activité sur les réseaux sociaux et mon blog
  • Un cahier pour montrer que j’adore écrire
  • Le gode pour montrer mes plaisirs sexuels
  • Le nutella pour montrer mon aspect gourmande

Certains ont imagine des raisons pour qu’ils soient présents sur ma table de nuit comme le fait de tartiner mon gode de nutella et le sucer. Déjà je ne l’ai jamais fait et cela ne me serait pas venu à l’esprit.

Même s’il m’arrive de le manger à la cuillère, je ne le fais pas depuis mon lit ni depuis ma chambre.

5. Comment tu appréhendes une situation ?

Tout dépend de la situation dont on parle. Je vais donner deux exemples qui illustrent :

  • Situation 1 : lorsque cela se déroule chez moi. Je vais avoir des petites appréhensions car je connais l’imagination de Monsieur Yannick mais je sais aussi la ou les situations qu’il affectionne mais aussi les jouets. De ce fait, mon appréhension est en général minime mais grandit quand il me dévoile certains scénarios qu’il aimerait faire avec moi. Avec lui, bizarrement, je calme mon côté curieuse car je crois que lorsque je veux savoir, je ne le regrette pas mais cela me fait appréhender.

  • Situation 2 : Monsieur m’emmène dans un club libertin. Mon niveau d’appréhension est assez élevé en général. j’ai parfaitement confiance en Monsieur Yannick et je sais que je ne vivrais que ce dont je suis capable ou voudrais. Mais voilà, le refaire avec une femme, être prise par un ou des inconnus, ce n’est pas anodin pour moi même si je l’ai déjà fait 1 fois par le passé. Monsieur sait comment je réagis. Alors en général, nous commençons par boire un verre d’alcool. L’idée n’étant pas de me saouler car il n’y aurait aucun intérêt et j’aurais fui cette relation si cela avait été le cas. Mais cela m’aide à me désinhiber et à calmer mon stress. Cela me permet de mieux apprécier le moment et le vécu des expériences.

6. Comment tu appréhendes la douleur ?

A ce niveau, j’appréhende peu. Je me dis, je laisse faire Monsieur Yannick et on verra. Mais c’est déjà arrivé que Monsieur Yannick me fait subir une pratique où seule la douleur était présente sans aucun plaisir. Je le lui ai dit et il s’est adapté en fonction de mes dires.

Mais il y a des plaisirs aussi insurmontables. Quand il me mord la chatte, l’entrejambe ou le haut des cuisses, c’est tellement puissant que j’ai dû mal à supporter. Connaissant Monsieur Yannick, je me prépare lorsqu’il le fait.

7. Pourrais-tu vivre en mode soumission en H24 ?

Je cherche effectivement un compagnon de vie et je pense que le fait qu’il soit dominant serait idéal pour moi. Maintenant, être en mode soumise H24, je l’ignore. Car je suis assez dominante sur certains domaines de ma vie et je ne suis pas prête à me soumettre dans ces derniers. Mais effectivement avoir des jeux réguliers sur une tenue à porter, des accessoires, des défis, pourquoi pas…

Mais il faudrait bien évidemment que cette personne sache les moments où il peut permettre ses jeux. Comme dit précédemment, Je préfère éviter les jeux dans le cadre de mon travail.

8. Qui donne les idées des photos du calendrier ?

Monsieur Yannick

9. Quels sports t’intéressent ?

J’adore nager et c’est à peu près le seul sport que j’aime pratiquer.

A regarder, par le passé, j’aimais beaucoup regardé le tennis. Mais je m’en suis lassée quand c’était toujours les mêmes qui gagnaient les championnats. De ce fait, à date, je ne regarde plus aucun sport.

10. Pourrais-tu soumettre un homme ou une femme ?

Je ne le pense pas. Déjà d’une parce que je ne saurais pas par où commencer. Et de deux, parce que j’ai un véritable besoin d’être guidée, du moins sexuellement. De ce fait, si je domine, je ne pourrais plus être guidée et je me forcerais à faire une chose, je risque donc de ne prendre aucun plaisir.

11. Comment sait-on si on est soumise ou dominante ?

Selon certains initiés du BDSM, c’est en nous. Et je dois avouer que c’est le cas pour moi. Lorsque je prend du recul sur ma vie sexuelle avant de découvrir ce statut de soumise, j’étais plutôt passive. Pas que je ne bougeais pas mais agir, prendre des décisions, prendres des initiatives dans la vie sexuelle, c’était quelque chose de compliqué et je devais me forcer.

J’ai besoin et c’est un véritable besoin que l’on me guide et que l’on me donne des ordres.

Selon une domina, nous sommes une personne dominante à partir du moment où on le décide et acceptons de prendre une décision.

Mais nous pouvons aussi être switch et accepter d’être dominé par un partenaire sexuel comme vouloir dominer un autre.

Un point d’attention néanmoins, ce n’est pas parce que nous acceptons un côté soumis ou dominant dans un domaine que nous le sommes dans tous les domaines.

Si je regarde ma vie, oui, je suis soumise dans le domaine sexuel et un peu plus car j’adore quand Monsieur Yannick m’impose des tenues, me donne des défis…

Mais dans le cadre professionnel, j’ai plutôt un côté dominant car je suis considérée comme une experte et c’est moi qui guide les autres dans mon domaine d’expertise.

Je pense qu’il suffit de s’observer pour le savoir.

12. Pourquoi tu tutoies ton maître ?

Cela a pu étonné certains que je tutoie mon maître. Tout simplement, je me sens incapable de la vouvoyer et cela convient à Monsieur Yannick.

Maintenant, j’ai cherché à comprendre pourquoi ce blocage et c’est tout simplement parce que j’ai encore des difficultés à assumer ce côté soumise. En effet, je vois le plaisir que je prends à être humiliée, exhibée… Mais c’est aussi en contradiction avec l’éducation et certaines croyances inculquées dans mon enfance.

Le vous signifierait que j’accepte totalement mon côté soumise et j’ai encore un travail à faire sur moi pour cela.

13. Sur se twitter on voit beaucoup de compte ou faut payer ou aller sur d’autres comptes

Comme pour tout réseau social, il faut essayer et trier. Pour ma part, les comptes sincères, véridiques se voient assez rapidement et je fuis ceux qui demandent du fric. J’ai créé une liste public où j’y ai mis les comptes que j’apprécie :

Cliquez pour voir la lsite des comptes appréciés sur Twitter

Comme vous le constaterez, j’ai essentiellement des comptes féminins. Je n’ai rien contre les hommes. Par le passé, j’avais bien quelques comptes qui me plaisaient mais soit ils ont disparu soit ils sont inactifs. Et à date, trouver un compte masculin avec des beaux textes ou photos axés sexuellement ou dans le monde de la domination qui me plaise, je n’y arrive pas.

14. Est-ce que tu fais de la soumission exclusivement avec Monsieur Yannick ou tu peux le faire avec d’autres personnes ?

Avant toute chose, pour faire de la soumission avec une personne, il faut, selon moi, les ingrédients suivants :

  • Le feeling
  • La communication
  • Le respect
  • La confiance
  • Un lien entre les 2
  • L’envie

Sans l’un de ses ingrédients, je ne conseille pas de faire la soumission. Mais cela n’est que mon avis.

A date, j’ai effectivement 3 amants :

  • Monsieur Yannick que vous connaissez
  • 1 amant qui est mon 1er Maître et avec qui de temps en temps on se laisse aller à ces jeux
  • 1 twittos rencontré récemment et je me suis laissé aller à passer la nuit avec lui et son côté dominant est ressorti car mon côté soumise est ressortie.

Donc oui, je peux me laisser soumettre avec d’autres à condition que tous les ingrédients soient réunis.

15. As-tu des limites ou choses rédhibitoires en termes de soumission et bdsm ?

Je ne suis pas sûre d’avoir de réelles limites car je me laisse aller, je me laisse vivre et j’essaie tout ce qui m’est proposé.

Maintenant, il est vrai que les jeux de crachat, d’urine et de merde ne me tentent en aucun cas.

Les baffes et les jeux de cire, c’est pas mon truc. Mais ce ne sont pas des limites, juste des pratiques où je ne prends aucun plaisir donc à ne pas refaire.

16. Comment t’es venu l’envie de pratiquer la soumission et bdsm? Est ce que un événement particulier est apparu pour que l’envie te viennent a l’esprit ?

Suite à mon divorce, j’ai dû me reconstruire. Et je suis arrivée à une étape de ma vie où je voulais en profiter, faire des découvertes et attiser ma curiosité sexuelle comme coucher avec une femme.

A cette période, je suis sortie et un homme a attiré mon regard. Nous avons passé une belle nuit. Sauf qu’au matin, il m’a informé qu’il ne continuerait pas car il aimait le sexe d’une manière particulière : via la domination.

Je lui ai indiqué ma curiosité et souhaitait découvrir ce monde. Il a accepté sur une période de 8 jours. 3 ans après, je couche encore avec lui et de temps à autre, Nous faisons du BDSM.

17. Quels sont tes critères de choix pour te dire tel ou tel homme peut convenir pour être ton maître ?Pour devenir ton maître, faut-il passer par l’étape du jeu de séduction ?

Lorsque je discute ou rencontre un homme, je cherche avant tout à savoir si je peux tomber amoureuse plutôt qu’un maître. Comme dit, j’ai déjà 3 amants qui jouent ce rôle.

Mais il est vrai que je discute avec des hommes et je sais que beaucoup veulent me rencontrer et potentiellement passer un bon moment avec moi.

Alors je vais vous dire comment m’avoir : titiller ma curiosité et vous aurez tout de moi. Déjà, en vous intéressant à mon compte, likez, commentez mes publications. Car je regarde qui le fait et quand un pseudo le fait régulièrement, cela va titiller ma curiosité.

Ensuite, je vais regarder le compte. Alors désolée messieurs mais les hommes qui ne font que retweeter des photos féminines ou des actes sexuelles, cela ne me donne aucune envie d’en savoir plus. Je préfère des comptes sincères qui parlent d’eux ou d’une partie de leur vie.

Enfin, si vous décidez à m’aborder, il suffit de me parler comme à la femme que je suis sans vouloir avoir comme objectif de me soumettre.

Un homme qui aura l’objectif de me soumettre à lui ne m’aura pas.

Un homme qui aura l’objectif de découvrir la femme que je suis, qui cherchera à savoir si il peut me plaire, me séduire aura des chances d’y arriver.

Et là, vous allez me dire, comment m’aborder et comment vous pouvez me plaire ?

Je suis une cérébrale. Je ne vais pas dire que le physique, je m’en fous, mais je suis sortie avec des hommes avec toutes les nationalités méditerranéennes et même des antillais, des obèses, des minces, des grands, des petits, des chevelus, des chauves, des lunettes ou sans lunettes…

Ce qui va m’attirer, c’est la personnalité, la mentalité, les discussions potentielles que l’on peut avoir et l’humour. Un homme pour m’avoir doit être aussi bien capable de me parler de choses sérieuses comme le covid, de passions communes telles que des séries, films netflix ou des discussions improbables comme est ce que je préfère le kinder bueno blanc ou noir ?

Le hic c’est que 99,99% des hommes que ce soit sur twitter ou Facebook me font passer un interrogatoire. Ils enchaînent question sur question sans même rebondir et lancer un véritable sujet de discussion.

J’ai horreur des questions et j’ai un défaut tant qu’un pseudo ne me rend pas curieuse, je ne sais pas poser des questions car je sais pas quoi demander. Où vous habitez, je m’en fiche. Votre métier, je m’en fiche. A la limite vos loisirs mais comme personne ne rebondit et lance un véritable sujet, je me lasse très vite…

Imaginez que vous me voyez en soirée, nous sommes d’accord qu’un sujet de conversation est lancé et cela s’enchaîne, je réclame la même chose en message privé.

Maintenant, je mets un point d’attention, lorsque je décide de rencontrer, je ne garantis que le verre ou le repas. Je laisse ouvert la possibilité de plus mais en fonction de mon attirance face à la personne rencontrée, je l’ouvre entièrement ou la referme. Et malheureusement pour moi, elle est bien plus souvent refermée qu’ouverte.

Même si je l’avoue, je regrette à ce jour de ne pas l’avoir ouverte avec un twittos. je pense qu’il va lite ce texte mais je me demande s’il saura que je parle de lui… Et même si je le voulais ce jour lui laisser la possibilité, de son côté, la porte est fermée enfin je crois.

18. Concernant les voyeurs, la décision te revient à toi seulement si tu a envie de le faire ou pas avec des voyeurs ?

J’ai effectivement le fantasme de faire participer des voyeurs mais au vu des derniers jeux en extérieur, je ne suis pas sûre d’être prête.

La décision reviendra dans un premier temps à Monsieur Yannick car il sait que j’ai besoin d’être poussée pour arriver à faire certaines choses comme réaliser certains fantasmes.

Toutefois, le jour où il prendra la décision de faire participer un voyeur :

  • Il saura que ce voyeur est correct.
  • Il saura que c’est parce que je suis en demande et prête.

Autrement dit, ce sera une décision commune.

Quand je parle de voyeurs corrects, c’est parce que la première fois qu’on a fait des jeux en extérieur, à cause d’un voyeur, cela s’est terminée par une crise d’angoisse pour moi. Et rien que de penser à ce moment, j’en tremble encore un peu.

La dernière fois qu’on a voulu, nous n’avons pas pu et avons changé nos plans à cause d’un mec qui avait clairement un comportement menaçant.

Le rôle d’un maître est aussi de protéger sa soumise. Chose que Monsieur Yannick fait parfaitement bien.

19. Il existe une vraie connexion entre Monsieur Yannick et toi, C’est limite télépathique ?

En réalité, c’est parce que nous avons appris à nous connaître. Monsieur Yannick est très observateur et saisit mes réactions, mes sentiments et mon état d’esprit du moment. Ce n’est pas télépathique mais comme il me connaît mieux que je me connaisse, il est capable de s’adapter à moi très facilement.

Raison pour laquelle, la soumission ne s’improvise pas avec n’importe qui. la soumission se fait par palier.

20. Comment faire et où peut ont rencontré son éventuel maître ?

Je dirais que c’est la même difficulté que pour rencontrer des amis ou trouver l’amour. Je vais indiquer les mêmes méthodes :

  • Une rencontre réelle lors d’une sortie lambda
  • Des sites de rencontre : fetlife, bdsm.fr, bdsmutra, marchédesesclaves…
  • Les réseaux sociaux et des groupes : Facebook, des groupes facebook sur le BDSM, twitter…
  • Des Munchs : https://www.paris-m.org/ ce site propose tous les 1ers vendredis du mois un munch où les initiés du BDSM se rencontrent lors d’un repas. Pour avoir d’autres évènements dans la France entière, fetlife est une référence
  • Soirées BDSM : il existe de nombreux clubs qui organisent des soirées et peut être potentiellement un lieu de rencontre

Je n’ai pas de baguette magique ou de méthode miracle. Lorsque cela s’est terminé (oui il y a eu des pauses), je me suis retrouvée en manque et j’ai voulu chercher un nouveau maître. J’en ai rencontré 3 mais je ne trouvais pas ce qui me convenait. Alors, j’ai arrêté de chercher, j’ai ouvert mon blog et j’ai cherché à le diffuser. C’est bête mais c’est là que Monsieur Yannick est venu me parler sur Twitter et il m’a parlé en tant que femme, comparant sa vision du bdsm à la mienne, de d’autres choses et il a titillé ma curiosité… la suite, vous la connaissez.

21. Les contrats sont il une sécurité, qui décide quoi et comment le rédiger ?

Les contrats sont bien évidemment une sécurité à la fois pour la soumise et pour le dominant. Pour ma part, je préfère un contrat oral à un contrat écrit. Mais un twittos s’est retrouvé au commissariat car des proches ont indiqué qu’il violait sa compagne alors que c’était un jeu BDSM entre eux deux.

Vous comprendrez aisément que l’écrit l’a aidé à se sortir de cette situation.

Pour ma part, comme pour tout contrat, les deux doivent décider de ce qu’il contient. il existe des modèles sur internet. Maintenant, par simplicité, il est possible que l’un des deux l’écrivent, le partenaire le lit et le corrige éventuellement.

Mais cela doit être fait en adéquation avec les 2. Pour en savoir plus sur le contrat : cliquez ici

22. Justement pour éviter tout débordement que peut-on faire pour se protéger ?

Déjà, bien choisir son partenaire. Je sais bien que l’on ne connaît jamais réellement les gens mais le choix est important. Pour ma part, quand je choisis un partenaire, j’écoute mon instinct et mon intuition. Ils m’ont rarement trompé.

Si vous vous posez des questions ou si vous avez le moindre doute, arrêtez et fuyez.

Autres signes, si un dominant vous indique que le consentement n’existe plus en n’ayant plus le droit de dire non par exemple ou que le safeword (mot de sécurité) n’existe plus, fuyez.

Le consentement y compris dans la soumission quelque soit votre statut doit TOUJOURS et IMPERATIVEMENT exister. Si un dominant vous fait subir une pratique contre votre volonté, ce n’est plus du BDSM mais UNE AGRESSION SEXUELLE.

23. Pour être totalement dans la soumission vaut il mieux être célibataire ?

Je connais des comptes qui ont tous les cas de figure :

  • Des soumises et/ou des dominants célibataires
  • Des soumises et/ou des dominant libertins
  • Des soumises et/ou des libertins en couple

Attention, je ne prône pas la tromperie et il est préférable que lorsque l’un des deux a un amant ou une maîtresse, l’autre le sache.

Mais je ne juge pas non plus, chacun fait du mieux qu’il peut selon les conditions et ses capacités.

Je dirais que tout dépend des attentes que l’on peut avoir dans le cadre de la soumission. Car il faut être honnête, si vous êtes soumise à un homme marié, il ne quittera pas sa femme pour vous.

24. Est-ce qu’un événement traumatique peut amener au BDSM?

Je dirais oui et non. Tout dépend des personnes et des histoires.

Ce que j’ai pu constater, c’est que je connais quelques soumises qui ont mon âge (40 ans) ont une ou plusieurs histories avec des hommes et elles sont devenues méfiantes ou ont souffert à cause d’eux. Ce qui est mon cas.

Mais de dire que parce que nous avons souffert, nous sommes tombés dans le BDSM, c’est un raccourci facile.

Pour ma part, ce n’est pas mon histoire douloureuse qui m’y a poussé. Mais ma volonté de vouloir vivre autre chose, de découvrir d’autres choses et de m’ouvrir à d’autres possibilités.

25. Est-il difficile de gérer des relations multiples dans la soumission ?

Je vais répondre pour mon cas personnel et selon ma vision. Pour ma part, Yannick est au courant des deux autres amants. Je lui dis tout à ce niveau même si je ne suis pas obligée mais pour moi, c’est une question de respect.

Un des amants connaît l’existence de Monsieur Yannick et de l’autre amant (enfin je crois).

Le dernier était au courant de Monsieur Yannick mais c’est devenu un sujet tabou alors j’ai compris qu’il ne voulait rien savoir de ma vie sexuelle en dehors de lui. Alors, je ne dis rien.

Maintenant, il est vrai que pour gérer 3 relations, il faut le pouvoir. Pour ma part, c’est assez simple. L’un des amants habitent loin de chez moi donc il suffit que je m’organise lorsqu’il vient . Enfin, si je peux et donc cela n’empiète pas sur les 2 autres.

Comme vous l’aurez compris, je ne vois pas régulièrement Monsieur Yannick mais du coup, je bloque lorsque c’est prévu.

Je vois plus régulièrement le dernier amant car il est l’un des rares que j’autorise à faire venir chez moi une fois que ma fille est couchée. Donc c’est plus facile de le voir.

Je pense que c’est une question d’organisation.

26. Que penses-tu de ces dominas qui humilient en permanence leurs soumis sur leur Twitter ?

Pour être honnête, je ne suis pas ce genre de comptes.

Maintenant, à partir du moment où c’est un jeu entre le soumise et la maîtresse, pourquoi pas.

Par contre, si c’est fait dans la méchanceté et sans le consentement du soumis, c’est à lui de fuir la domina en question.

27. Quels sont tes fantasmes ?

Cliquez ici pour les découvrir.

%d blogueurs aiment cette page :