Extrait des femmes mystérieuses

Il s’agit d’un extrait d’une nouvelle écrite par mes soins

Je décide de mettre une robe noire simple mais élégante sans sous-vêtements bien sûrs.

Conformément aux ordres, je fais un simple maquillage et une simple queue de cheval.

Ma préparation ne fut jamais plus rapide. Seulement, je perds du temps. Je n’arrive plus à retrouver mon masque noir. Il n’est pas dans le tiroir avec les autres.

Je retourne littéralement tout mon appartement avant de me rendre compte que je l’avais posé simplement sur mon sac.

Quel stress ! J’ai eu beau accepté le scénario de Lila, j’appréhende. Il était tellement spécial. Je sais qu’il me donnera du plaisir mais y arriverais-je ? Là était la question.

Je me rends compte que l’heure de descendre est arrivée. Je sors de chez moi, dévale les escaliers et descends.

Ces dames sont déjà présentes :

« – Ah. Enfin te voilà. Prête ? Me demande Lila

– A dire vrai, je n’en sais rien. Bonsoir.

Je regarde Julie et je m’aperçois qu’elle est dans le même état que moi. Normal, vu que nous sommes toutes les deux les héroïnes du scénario de Lila

– Tu sais, si cela ne te convient pas, on stoppe tout. D’accord ? Me répète Jeanne.

– Oui, je sais. »

L’heure arrive. Jeanne passe devant nous tandis que Lila nous prend chacune par un bras. Je sens déjà son emprise sur nous deux.

Nous rentrons, nous dirigeons vers le pot et à peine notre contribution donnée, Lila nous ordonne, à Julie et à moi :

« Nue et à 4 pattes chiennes. »

Sans même nous consulter, nous obéissons. Une fois nues, nous nous mettons à 4 pattes. Nous faisons face à nos partenaires de jeux. Lila prend un malin plaisir à nous enfiler à chacune un collier attaché à une laisse. Elle nous fait faire plusieurs fois le tour de l’appartement ainsi.

« J’adore mes chiennes. Mais pour qu’elles aient du plaisir, elles doivent le mériter. Assises chiennes. »

Nous nous asseyons.

« Pas bouger, Pas faire de bruit. Vous avez juste le droit de regarder. »

Lila lâche la laisse et va vers son amant ainsi que Monsieur Mystérieux. Ces derniers l’accueillent avec joie et ils commencent devant les caresses sensuelles. Lila caressant leur sexe. Eux, lui caressant ses seins et sa chatte à travers sa robe.

Je tourne la tête pour voir Jeanne en compagnie de l’amant de Julie et le sien. Elle se laisse déshabiller par eux et se mets à 4 pattes. L’un d’eux lui insère son sexe dans la bouche tandis que le deuxième lui fait un cunnilingus.

J’ignore ce qu’il en est pour Julie mais je n’ai qu’une envie, les rejoindre. Moi aussi je veux jouer. Je me sens si frustrée de rester assise ainsi comme un animal.

Je regarde alors Monsieur Mystérieux assis sur une chaise avec une Lila qui l’empale tandis que le deuxième homme lui caresse les seins.

J’entends les gémissements de tout ce monde et cela m’excite au plus haut point.

Jeanne ayant satisfait ses deux amants, prend une chaise et s’assied dessus nue, en face de Julie et moi à longue distance. Les hommes vont chercher un matelas, le pose à terre entre Jeanne et nous. Ils s’assoient également sur une chaise de part et d’autre de Jeanne.

À ce moment-là, Lila exprime son orgasme. Tout en reprenant son souffle, elle se lève de Monsieur Mystérieux. Ses partenaires prennent des chaises et s’installent également.

Lila, nue, se dirige vers nous. Elle nous enlève la laisse et ordonne :

« Chiennes, ce matelas est à vous. Julie sur le dos et toi Mélanie, sur elle. Fais ce qui te semble mais tu as pour ordre de la faire jouir. »

Julie s’installe. J’avoue que l’ordre donné ainsi m’a quelque peu refroidie. Surtout que j’ai bien conscience du collier autour de mon cou. Je grimpe sur Julie et je me décide à l’embrasser.

Au début, nos baisers sons timides mais ayant positionné mon intimité sur la sienne et bougeant en conséquence, notre excitation naît, notre excitation grandit.

Quand je la sens prête, je descends au niveau de l’un de ses seins. Ma bouche s’en empare, le mord, l’avale, le suce, lèche son téton. Tandis que ma main s’empare du deuxième, le serrant, jouant et tordant le téton.

J’entends son plaisir. Le mien monte. J’ai même oublié que nous avions des spectateurs. J’entends une voix derrière moi : « Ne bouge pas chienne. »

Je sens un jouet qui me pénètre. La même voix me dit : « Tu peux continuer à jouer. »

Je sens alors des vibrations en moi. Que c’est plaisant. Cela me pousse à une action, je descends jusqu’à la chatte de Julie et je commence à insérer ma langue en elle. Elle est très humide.

Sans en prendre conscience, je suis les mouvements de l’œuf vibrant. Par moment, j’y insère un doigt pour continuer à l’humidifier, je tente des morsures. Ses gémissements sont mêlés aux miens.

Et ce, jusqu’à sa jouissance. L’œuf en moi s’arrête et j’entends Fée qui me dit :

« Ne bouge pas le temps que je te l’enlève. »

Si Julie a eu sa jouissance. Je n’ai pas eu la mienne. Je suis de nouveau frustrée quand il sort de moi.

« Inversez chiennes. »

Je m’écarte pour laisser Julie se relever et prend sa place.

« Ne bouge pas Julie. »

A mon niveau, je vois Monsieur Mystérieux qui lui insère à elle aussi un œuf vibrant.

« Jouez chiennes. » Nous ordonne-t-il.

Julie monte jusqu’à ma bouche et m’embrasse avec passion. Je sens l’envie en elle, celle de me faire jouir, celle de jouer avec moi.

Son intimité sur la mienne, je sens les vibrations de l’œuf qui, je l’avoue, m’excite au plus haut point.

Elle le sent. Elle s’assied sur moi et se met à bouger en suivant les vibrations de l’œuf. Quand je lève les yeux, je vois tous nos partenaires nous regardant. Les hommes se masturbent. Jeanne et Lila nous regardent. Mais je vois bien leur envie qu’elles ont de vouloir nous rejoindre.

Je rabaisse les yeux et Julie se positionne au niveau de mon clitoris. Elle commence par l’aspirer. Le plaisir monte instantanément. L’entendant par mes gémissements, elle recommence plusieurs fois. Je me tords de plaisir mais elle me bloque par ses mains.

Je sursaute en poussant un cri quand je sens sa langue fouiller mon intimité. Sa vitesse et sa fréquence ne sont pas régulières. Je la soupçonne de suivre elle aussi le rythme de l’œuf.

J’oublie où je suis, j’oublie qui me regarde, je n’ai qu’une envie que le plaisir continue, monte, s’accroît encore et encore. Julie s’en donne à cœur joie. Je l’entends elle aussi qui gémit.

Elle accélère, elle va de plus en plus vite, j’ai l’impression qu’elle non plus ne contrôle plus rien. Jusqu’à ce que je finisse par couler pendant qu’elle avale ma cyprine.

Waouh ! Plaisir incommensurable bien que ce ne soit que le début.

« Quand vous aurez repris votre souffle, à 4 pattes chiennes. » Ordonne Lila.

J’attends quelques instants avant d’obéir et de me remettre en position de chienne.

Lila nous rattache une laisse mais donne celle de Julie à son amant et la mienne à Monsieur Mystérieux.

Chaque couple, si on peut dire cela, rejoint sa chambre, Julie et moi à pattes tenues en laisse par nos partenaires respectifs. Jeanne et Lila en humaine tenant la main de leurs amants.

À peine Monsieur Mystérieux a fermé la porte qu’il m’ordonne :

« Chienne, monte sur le lit et allonge-toi sur le ventre. »

J’obéis sans me faire attendre. Il me donne au moins 4 grosses tapes sur mes fesses avant de plonger son pénis dans mon intimité. Mais je sais ce qu’il désire et j’avoue que j’en frémisse d’impatience.

Une fois son gland trempé, il me redonne des tapes avant de commencer à me pénétrer mon anus. Il prend sont temps, respecte mon corps et me laisse le guider jusqu’à ce qu’il soit entré profondément en moi :

« – Chienne, dis-moi ce que tu attends de moi. Supplie-moi. 

– Monsieur, je vous en supplie, possédez-moi. Défoncez-moi le cul. C’est tout ce que je mérite. Allez-y à fond. »

Et il commence des mouvements doux et longs. Mes gémissements ressemblent à des cris ne tardent pas à s’exprimer. Il accélère jusqu’à ce que je le sente devenir un animal. Me posséder est faible comparer à la puissance de ma jouissance. J’adore ses sodomies et je me demande même si je ne préfère pas ses sodomies à celles de Monsieur Charmant.

Entraîné par mes cris, ils continuent encore et encore. De plus en plus vite, de plus en plus fort et j’en redemande jusqu’à ce que mon orgasme anal arrive.

Mon corps finit par le rejeter. Il se met debout et me donne un nouvel ordre : « A genoux et mange chienne. »

Je descends du lit, m’agenouille et m’empare de son sexe. Je fais des va-et-vient. Par ses mains sur ma tête, je le laisse guider la vitesse et la fréquence. Sa jouissance à lui ne tarde pas à venir non plus.

J’avale avec délice son précieux liquide. Nous restons ainsi quelques instants, moi à genoux et lui debout me regardant ainsi humiliée, à sa disposition, obéissant au moindre ordre.

Il me libère alors de mon collier et me dit : « Allons dormir si tu le veux.

– J’avoue que cette séance m’a bien fatiguée. Je n’arrive pas à réaliser de ce que j’ai fait.

– Arrête de réfléchir. Viens dans mes bras et reposons-nous. »

Nous parlons quelques minutes de la séance de son impression, de la mienne, du ressenti et du plaisir éprouvé par chacun.

La fatigue nous rattrape nous laissant dormir quelques heures.

Je suis la première à me réveiller. Je suis dans les bras de Monsieur Mystérieux, allongée sur le côté, mes fesses tournées vers son sexe. Sentant ma position, j’ai encore envie. Seulement, ai-je le droit de le réveiller ?

J’entends alors : « Je sais que tu es réveillée. Surtout ne bouge pas et laisse-moi faire. »

Il glisse des doigts dans ma chatte. Même s’il me l’a interdit, je me mets à bouger et à gémir en conséquence. Il éloigne quelque peu le haut de mon corps de lui, me pénètre et me tient par le cou :

« Tu es une véritable chienne et j’adore être ton maître. »

Il commence alors ses va-et-vient. Il y va sauvagement et j’adore. Dans cette position, je ne peux que subir et j’avoue que cela m’excite au plus haut point. C’est presque à se demander s’il existait une chose qui ne me faisait aucun effet.

Je réagis à ses mouvements par mes gémissements. Je l’accueille volontiers. Et ce, jusqu’à notre jouissance commune.

Dès qu’il a terminé qu’il me dit : « Ne m’en veux pas mais j’ai des contraintes le samedi. Je ne peux jamais rester. Mais je t’assure que je profiterais de toit tout le week-end si je pouvais.

– Tout cela pour me dire que tu veux y aller ?

– Oui.

– Rentrons chez nous. »

Nous sortons nus de la chambre et tâchons de retrouver notre tas de vêtements. Pendant que je m’habille Lila sort de sa chambre et vient me voir :

« – Désolée mais je ne pourrais pas passer tout à l’heure. Alors ne m’attends pas.

Je la regarde et lui dit :

– Tu peux en profiter avec ton amant et c’est de lui dont tu as envie.

– Je savais que tu me comprendrais. Tu ne m’en veux pas ?

– Pas du tout. Tu mérites d’avoir ce que tu veux.

– Merci. Mais on se voit prochainement et qui sait pour être encore ma chienne.

– Ta chienne ?

– Oses me dire que la dernière fois et la soirée dernière ne t’a pas plus !

Silence gêné.

– Je le savais. Allez rentre chez toi et je t’appelle. »

Elle s’éloigne de moi et me laisse rentrer chez moi. Je réalise combien j’ai été humiliée la nuit dernière. Connaissant Lila, je me doutais qu’elle continuerait à le faire lors d’autres séances. Cela me donnait même d’autres perspectives pour mes fantasmes.

Après tout, les femmes mystérieuses pouvaient tout se permettre et j’en suis une !

Laisser un commentaire