Travailler ches un particulier

Ce récit est purement fictif. il a été écrit pour le Groupe Passion d’écrire de Fetlife.

Il est 14H. L’heure de mon rendez-vous. Je toque à la porte. Un homme plutôt mignon m’ouvre la porte :
« Je vous attendais. Entre. Installez-vous, mettez-vous à l’aise.

– Merci.

Je rentre, ferme la porte et commence à installer ma table de massage.

– Vous voulez un café ou autre chose ?

– Non, cela va aller, Merci.

– Je vais à côté me mettre en tenue et dites-moi quand vous désirez que je vienne.

– Parfait.

Je finis d’installer ma table, j’installe de l’encens ainsi que mon matériel audio pour la musique douce et relaxante. Ce client avait fait une demande excentrique, mais il a fini par me convaincre avec une somme importante. Je devais porter uniquement de la lingerie pendant le massage. Mais une belle qui me mettait en valeur. C’est vrai que cela fait un peu cliché et se rapproche de la prostitution, mais il m’a garanti que rien ne se passerait.

Il m’a même indiqué qu’il est libertin, avait plusieurs partenaires sexuelles et même une soumise. Alors, il n’avait pas besoin d’en avoir une de plus. Mais je lui ai quand même posé la question pourquoi cette tenue donc ?

Il aime regarder les femmes et cela l’aide à se détendre, mais ne provoque pas une envie irrépréhensible que de la posséder.

Bref, il avait réussi à me convaincre. Et me voilà en culotte et soutien-gorge assorti, les plus beaux que j’ai trouvés. Mais une envie de me rhabiller et fuir me prend. Tandis qu’une autre me dit ‘allez vas-y, et puis tu aimes bien t’exhiber, alors si c’est en faisant ton travail et en étant payé, pas de problème. »

Je finis par lui indiquer :

– Vous pouvez venir.

Il sort de ce qui semble être la chambre. Il ne porte qu’une serviette et je peux voir son torse un peu musclé, mais pas trop et je comprends pourquoi les femmes ont envie de lui.

– Vous avez accepté finalement. Vous êtes magnifique. Mais ne vous inquiétez pas, je fermerai les yeux la plupart du temps. J’aime juste sentir la peau de la personne qui me masse.

– Ok. Installez-vous. »

Il monte sur la table et se met sur le ventre. J’allume la musique et je commence à le masser. Il a choisi un massage de tout le corps. La musique aide également à me détendre et à rythmer mes gestes. À peine je pose mes mains sur lui que je sens sa peau douce. Et si… Oh non, je dois rester professionnelle. Il me paie pour un massage, un simple massage.

J’essaie de me concentrer et quand enfin j’arrive à être dans ma bulle, j’entends des bruits bizarres. Il me faut du temps avant de comprendre qu’il s’agit d’une respiration. J’écoute cet homme, mais non, lui, a une respiration douce, tranquille, calme. La respiration que j’entends, on dirait, qu’elle s’accélère, qu’elle va de plus en plus vite. Nous ne serions pas tout seuls ?

J’essaie de retourner dans ma bulle, mais je me sens perturbée. Je fais le nécessaire pour tourner autour de lui afin de voir d’où peut provenir cette respiration. Je regarde partout, nous sommes seuls. La seule pièce où je ne peux pas regarder est sa chambre. Mais la porte est fermée.
Il y aurait une personne derrière. Impossible, la respiration est plus proche, à côté de moi.

– Vous allez bien ?

Je sursaute quand il me pose la question. Je ne m’y attendais.

– Oui. Pourquoi ?

Depuis quelques minutes, vos gestes sont devenus moins doux et agréables. Une chose vous dérange ?

Oh la la. Dois-je être honnête ?

– Désolée. J’étais en train de penser à un problème. Je vais me reconcentrer. Détendez-vous !

– D’accord. Mais si quelque chose vous dérange, dites-le-moi. »

Il repose sa tête. J’essaie de revenir dans ma bulle, mais cette respiration reprend de plus belle, plus forte. Je regarde la table à manger, se trouve un ordinateur. Je l’avais bien sûr remarqué, mais je comprends que la respiration vient de lui.

Comme un réflexe, je vais vers lui. Cet homme se relève vraiment vite à tel point qu’il en oublie la serviette me permettant de voir son magnifique sexe qui est plutôt long et dur

– Que faites-vous ?

– J’entends une respiration et j’ai l’impression que cela vient de l’ordinateur.

– Vous avez tout à fait raison. Si vous le voulez, je peux vous expliquer.

– Allez-y.

– Je vous ai dit que j’avais une soumise et elle avait un fantasme.

Il s’arrête. Mais j’attends la suite qui ne semble pas arriver :

– Et donc ?

– Elle souhaitait me voir masser par une autre femme. Elle est candauliste.

– Cela veut dire qu’elle aime vous voir prendre d’autres femmes devant elle ?

– Tout à fait,, mais elle est parfaitement au courant qu’il n’y aura rien avec vous. La question est souhaitez-vous la voir ?

J’avoue que la question me surprend. J’en oublie même qu’il est nu et moi je suis en petite tenue. Mais la curiosité est un bien vilain défaut, n’est-ce pas ?

– Oui.

Il appuie sur un bouton et je la vois allongée sur un lit. Une main est attachée, elle a un bâillon-boule. Il s’avère qu’elle est nue et possède à disposition plusieurs jouets. Je comprends maintenant que ce que j’entendais était sa jouissance qui était bien sûr atténuée par le Bâillon.

Je suis surprise, mais en même temps, je dois dire que ce spectacle me plaît. Non, je devrais plutôt dire m’excite. Sans que j’en aie conscience, je me suis rapprochée de cet homme.
Tout en caressant mon dos, il me révèle :

– Vous savez, j’ai une envie là tout de suite. C’est de vous arracher votre soutien-gorge, de déchirer votre culotte. De vous faire poser les mains sur la table pour que ma soumise voit le plaisir que vous prenez alors que je suis en train de vous pénétrer.

Sans même réfléchir, j’enlève mon soutien-gorge, j’enlève ma culotte. Je pousse un peu l’ordinateur pour poser mes mains et me cambre.

Je vois la soumise prendre un Wand dans ses mains. Elle le positionne, mais ne l’allume pas.

– Ma chienne, j’y vais, allume-le.

Il tâte mon humidité avec ses doigts, m’émoustille un peu plus avant d’insérer son sexe en moi.
Je regarde l’écran, je la vois jouer avec son jouer, je vois le plaisir et l’excitation dans son regard. J’entends sa respiration qui est presque simultanée à la mienne.

La situation devient bizarre, mais je prends une jouissance jamais connue auparavant d’autant qu’il change le rythme. Au moment où il sent mon orgasme venir, il ralentit, voire s’arrête. J’émets alors un gémissement de plainte avant qu’il ne reparte de plus Belle.

Et ce, jusqu’à ce qu’il me laisse exploser et je comprends qu’il n’attendait qu’une chose, que sa soumise soit prête à exprimer son orgasme en même temps que moi…

– Chérie, alors ?

Je reviens à la réalité. Je suis à table avec mon mari. Je me suis laissé emporter par mon imagination.

– Pardon ?

– Tu serais d’accord de jouer avec ma soumise ?

– Oh oui. J’ai même un scénario à te proposer.”

5/5 - (2 votes)
A la rencontre d'un Maître et de sa soumise - Scénario participatif
Une soirée à quatre