Une nuit bien étrange


Autres / samedi, octobre 26th, 2019

Avant d’en arriver à la nuit, je dois revenir à la veille au matin lorsque Monsieur Yannick m’a annoncé qu’il allait rencontrer une personne que je connais et que j’apprécie sur Twitter.

Quand j’ai commencé avec lui, je savais qu’il était libertin et j’ai accepté cet état de fait. Je sais aussi qu’il a une partenaire régulière. Je l’ai accepté. La seule que j’ai refusé est de faire des jeux avec lui et sa partenaire.

Non pas que je ne souhaite pas jouer avec une femme mais parce que de coquiner avec une personne proche pour lui ne me mettrait pas à l’aise.

Qu’il le fasse avec des inconnus, ce la ne me dérange pas. J’ai donc accepté cet état de fait.

Même si nous avions envisage dé se voir à 3, je ne l’ai pas bien pris et cela me travaille depuis 3 jours. Je sais qu’elle est libertine, je savais donc pertinemment ce qui allait se passer entre eux. Et au vu de l’heure des like et des commentaires sur twitter cette nuit, ils ont coquiné.

Cela é réveillé nombre de choses en moi :

  • j’ai très envie de coquiner cette semaine. j’étais disponible toute la semaine sauf 1 soir. Il se trouve que c’était le seul disponible pour Monsieur Yannick. Du coup, cela m’a énervé qu’il coquine et quelque part me « remplace » par une copine à nous.
  • Le fait d’être coincée et de n’avoir pas pu être disponible. parce que je sais pertinemment que si j’avais été disponible, la rencontre se serait probablement passée à 3 et non a 2. Même si j’ignore si je suis capable de coquiner avec elle.
  • Le fait de me dire que peut-être toute cette histoire de soumission, c’est du n’importe quoi et m’éloigne de ce que je veux réellement : une histoire amoureuse sérieuse.
  • Le fait que je sais qu’ils ne font rien de mal et le but n’est pas d’être contre moi. Ce sont 2 libertins qui ont envie de jouer ensemble.
  • J’apprécie ces 2 personnes et j’ai l’impression d’avoir un choix terrible : d’accepter et de continuer ou de tout arrêter en prenant le risque de les perdre tous deux. Et en ce moment, ils comptent beaucoup.

En ce vendredi, tout cela remuait en moi sans arriver à trouver de solutions. Je sais que c’est une question de vision. Mais je crois que je n’ai absolument pas l’âme d’une libertine.

J’ai en plus l’impression que je fais tout un patacaisse, que je me mets martel en tête pour rien.

Toutefois une autre donnée est apparue. Je suis restée en relation avec mon ancien maître et nous avons eu une discussion par texto intéressante. Il a des envies sexuelles et des envies de domination. Comme ces aspects lui ont apporté des choses négatives, il souhaite accepter et dépasser ses démons comme il l’appelle.

Seulement, la conversation a dérapé. Nous avons parlé du fait que la dernière fois que nous nous sommes vus tous les deux, même si rien ne s’était passé, les envies avaient été présentes.

J’ai stoppé la conversation car j’ai envie d’être la voix de la raison et d’essayer de le faire tenir dans ses décisions.

Sauf que le soir arrive et ma nuit étrange débute.

Etant fatiguée, je me couche de bonne heure. Résultat, je m’endors en début de soirée et me réveille vers les minuit.

C’est à ce moment-là qu’une autre donnée a perturbé mon cerveau en surchauffe. Dans mes followers, un m’a marqué. Il me suit depuis quasiment le début, me soutient et j’avoue m’aide.

Nous discutons. Il m’explique qu’il est au courant de ce qu’il se passe. Il m’explique qu’il est déçu par moi du fait que j’ai accepté que Yannick et cette twittos se voient avec mon consentement.

Même si elle m’a dit qu’elle ne le verrait pas si je refusais, je ne me sentais pas capable d’être un blocage. Car je sais que tôt ou tard, ils se verraient. C’est juste que je pensais que cela se passerait plus tard tout en m’y attendant. J’ai juste dit oui à une situation inévitable.

Le fait de perdre ce follower ne m’aide pas. Alors, j’essaie de me rendormir mais comment faire quand le cerveau surchauffe et je n’arrête pas de m’imaginer ce qui est en train de se passer.

Alors je me mets une série et finit par me confier à mon ancien maître.
Et savez-vous ce qu’il trouve à faire : il vient chez moi.

Et devinez ce qui s’est passé, nous avons coquiné.

Alors cela n’aide pas. Parce que j’ai mon côté qui voudrait mais ne sait pas comment faire pour accepter que Yannick coquine avec elle. Alors que de même, je fais la même chose bien que cela n’était pas prévue.

Pour pécision, Yannick et mon ancien maître ne se connaissent pas. Toutefois, tous les deux connaissent l’existence de l’autre.

Alors, j’ai l’impression d’être une personne horrible parce que je fais quelque chose que je n’accepte pas que l’autre fait.

Le pire, c’est que la seule décision qui calmait un peu mon cerveau était de décider de tout arrêter.

Seulement, je ne suis pas d’accord avec cette décision. Non pas qu’elle soit bonne ou mauvaise mais parce que j’ai l’impression de faire ce que je fais toujours : fuir.

Bien sûr que fuir fais disparaître le problème. Enfin, en superficialité. Parce que le problème finira par réapparaître tôt ou tard sous une forme ou une autre. Alors, le mieux, c’est d’affronter mais comment ?

Alors, je retombe dans mes travers et je déconne à plein tube : je lance l’idée qu’un twittos puisse me rencontrer est possible. En sachant parfaitement que lui s’attend à ce que je coquine avec alors que moi, je cherche juste à me changer les idées et pas forcément en coquinant.

J’ai envie de prendre un thé ou un dessert dans un pub mais donner l’endroit sur twitter et voir ce qu’il se passe.

Coquiner avec mon ancien maître même si cela m’a fait du bien physiquement et moralement car j’ai pu m’endormir, n’était pas une bonne idée.

Et à tout cela, ajouter le fait que pourquoi je me prends autant la tête. il faut vivre le moment présent, ressentir les sentiments du moment et ne pas penser à autre chose. Il faudrait que je lâche prise. Seulement, simple à dire, si compliqué à faire.

Alors, j’ai mal à la tête, je ne suis pas à mon aise, je m’en veux. Car je ne ressens aucune animosité envers lui ou envers elle, seulement envers moi.

Ce que je prenais pour un jeu devient une réalité que je connaissais et qui me perturbe. Tant que cela m’apportait du bien-être et du plaisir, pas de problème.

Là, je suis perturbée, alors quel est le mieux ?

En réalité, j’en sais rien. J’aimerais trop avoir un guide, un signe, quelque chose qui me prenne dans ses bras et me dise : « Chut, c’est rien. Je vais te donner la solution et te dire ce qui est le mieux pour toi. Ecoute et fais ce que je te dis. »

Seulement, cette voix ne peut être que la mienne. Et au vu de toutes les contradictions et le mélange actuel, j’ignore ce qui est le mieux.

Je n’ai pas forcément arriver d’arrêter mais je ne veux pas de sentiment d’inconfort.

Une chose est sûre : va falloir que je me protège et limite mes conneries avant qu’une conséquence indésirable ne se produise.

Une réponse à « Une nuit bien étrange »

Laisser un commentaire