La prise de décision vis à vis du RDV avec Monsieur et une autre femme


Réflexion / mercredi, octobre 30th, 2019

Si le seul intérêt pour toi est de savoir si je vais continuer la soumission dans les jours ou semaines à venir et avec qui, je t’invite à lire la conclusion.

Si ton autre intérêt est de tout connaître de l’histoire, tu seras également déçu et je t’invite à ne pas lire cet article.

Par contre, si tu décides de lire, va jusqu’au bout de l’article.

L’objectif de cet article est d’expliquer, la démarche l’attitude, le comportement que j’ai eu durant ces derniers jours et qui, j’espère, en inspireront plusieurs d’entre vous lorsque vous vivrez une situation blessante, de colère ou inconfortable.

Je pense que le monde ne serait que meilleur si les personnes prenaient le temps d’avoir cette démarche qui, je le précise, n’est pas évidente et peut apporter plus de souffrance que la situation elle-même. Mais elle est bénéfique pour en tirer les bonnes conclusions sur une situation et sur le travail sur soi qui aura besoin d’être mené pour vivre mieux et affronter plus facilement des situations similaires qui arriveront par le futur.

Avant de commencer, je voudrais ajouter une précision, je ne souhaite que le bonheur et le bien-être de cette femme. Je n’ai pas donné son pseudo pour des raisons de respect mais aussi parce que je ne veux pas que vous vous en preniez à elle. Et j’espère que vous comprendrez à travers cet article qu’au final elle n’a rien fait de mal.

Alors ne cherchez pas à savoir qui sait et si vous avez une idée, soutenez-la, c’est ce dont elle a besoin.

Voici qu’elle a été ma démarche en 3 étapes :

  • L’émotion : où la souffrance, la blessure, la déprime s’expriment
  • La colère : vis-à-vis de moi (car même si on donne l’impression d’être en colère, c’est souvent envers nous) et de la situation
  • La compréhension / l’analyse / Réflexion

Ces 3 étapes amènent alors à la prise de décision.

La situation inconfortable : Monsieur a rencontré une femme. Il l’a soumise en utilisant un scénario similaire que ceux qu’il utilise avec moi. Ils ont décidé de se revoir

Etape 1 : L’émotion

Elle a commencé jeudi matin lorsque j’ai été mise au courant de ce rendez-vous et elle s’est terminée dimanche soir.

Le jeudi, j’étais abasourdie, anéantie. Je ne comprenais pas et même si les 2 protagonistes me disaient que je pouvais dire non, je ne me considérais pas aussi importante à leurs yeux pour me permettre de les interdire de jouer.

Le vendredi, je suis devenue dingue. Je n’arrivais pas à dormir et je n’arrêtais pas de m’imaginer ce qu’ils pouvaient faire et comment. Rien ne garantissait qu’ils coquineraient mais c’était presqu’une certitude. Je l’ai su à 2H46 du matin quand j’étais sur twitter et que je les ai vu liker à ce moment.

Le week-end, mille et une pensées me sont venues. J’essayais de regarder ce même état de fait de différentes manières mais une seule persistait.

J’essayais d’appliquer ce que j’avais appris de mes différentes lectures du développement personnel. Vous prenez une centaine de personnes, vous leur donnez un même fait. Et vous vous apercevrez que les réactions peuvent être différentes voire contradictoires. Et ce, en fonction du passé, du vécu, de l’éducation, des croyances, des religions, de leur mode de vie…

Ainsi, sur le fait édicté du début, voici quelques visions que j’ai pu essayer d’avoir :

  • « Waouh, c’est super. Je suis ravie pour vous. Vous me raconterez comment cela s’est passé » dixit la joie
  • « Avec ce qu’il s’est passé, ce serait bien que je sache si on peut jouer ensemble une prochaine. » dixit l’envie sexuelle et la joueuse
  • « Mais pourquoi ? Tu comptes me remplacer par elle ? J’ai fait quelque chose de mal » dixit la peureuse
  • « Vous voulez vraiment me faire du mal. En fait, vous m’avez manipulé. Je ne suis rien pour vous. » dixit la colère
  • « Comment avez-vous pu me faire cela ? Pourquoi avoir joué à des jeux de soumission ? Pourquoi est-ce que je ressens une sorte de tromperie vu que vous avez joué au même scénario que j’ai avec lui ? » dixit la blessée

Et il n’y en a qu’une qui persistait : la blessée. Je n’arrivais pas à y échapper.

Beaucoup m’ont demandé pourquoi je m’infligeais une telle souffrance. Après tout, il était très facile de me retirer de twitter et d’arrêter ce blog ou bien de bloquer ces 2 personnes ou encore de les insulter et de leur imputer leur entière faute.

Mais même si je choisissais cette solution, le développement personnel m’a appris une autre chose : quel est le besoin insatisfait derrière la souffrance ?

Il m’aura fallu 4 jours mais dimanche soir j’ai trouvé en me posant enfin les bonnes questions.

Quelque soient mes différentes pensées, le rendez-vous… je revenais sans arrêt à un moment : le avant le rendez-vous.

Je me suis alors demandé pourquoi je revenais sans cesse à ce moment ? Qu’est-ce qui clochait à ce moment ?

Et j’ai trouvé : le manque de considération de leur part.

En effet, j’aurais aimé que Monsieur Yannick m’y prépare. J’aurais aimé que cette femme en discute avec moi et montre plus d’empathie. Et comme rien n’a été fait comme j’aurais aimé. Ils n’ont pas eu envers moi la considération que je pensais mériter.

Lorsque l’on trouve la réponse, je peux vous assurer que même si cela ne changeait rien à la situation, je me suis sentie soulagée. Je sais qu’à partir de maintenant, je dois veiller à ce que les personnes m’accordent la considération que je souhaite. Et si tel n’est pas le cas, leur expliquer mon mal-être et voir ce qu’il peut être fait.

A partir de là, je pouvais mettre le doigt sur ce qui me posait le vrai problème : Oui, il y a eu un manque de considération avant le rendez-vous. Mais aussi pendant parce qu’ils ont copié un scénario qui m’appartenait avec Yannick.

Comme j’ai pu poser le doigt sur le problème, je pouvais enfin avancer et attaquer la deuxième phase.

La deuxième phase : La colère

C’est l’une des phases la plus dangereuse pour moi. Quand je suis en colère, je ne contrôle plus rien, je suis en lâcher prise complète et je dis tout ce que je pense.

Mais comme vous vous en doutez, je dis les choses sans ménagement, sans considération aucune pour personne.

Lorsque je suis dans une phase, le conseil que je donne à mon entourage : fuyez-moi.

La colère était dirigée envers la situation mais aussi envers toutes les personnes qui se sont mêlées de cette histoire sans en connaître les tenants et aboutissants.

J’ai ainsi fait passer le message que pour la journée de lundi, il convenait de me foutre la paix au risque de faire tomber la foudre sur toute personne qui me parlerait.

Seulement, après un énième message sur un jugement du comportement de l’un des deux protagonistes, je me suis énervée. J’étais fatiguée de ce genre d’attitude, fatiguée de cette situation et je voulais passer à la troisième phase.

La troisième phase : La compréhension

J’ai appris une dernière chose du développement personnel, c’est que rien ne peut être décidé sans avoir tous les tenants et aboutissants.

Pour que vous compreniez mieux, je vais vous raconter une anecdote que j’ai pu lire.

Adam rentre dans le métro, fatigué de sa journée de travail et qui sent un mal de crâne arrivé. Seulement, un autre homme est présent avec ses enfants. Ces derniers crient, bougent dans tous les sens. Et malgré plusieurs regards lancés par Adam envers cet homme, ce dernier reste renfrogné sur lui sans rien dire. Au bout d’un moment, n’y tenant plus, Adam dit :

« Excusez-moi. Est-ce que vous pourriez demander à vos enfants de se calmer et de rester tranquille s’il vous plaît ?

Cet homme lève la tête, le regarde avec un regard perdu et limite les larmes aux yeux et lui dit :

« Veuillez les excuser. Leur mère, ma femme est morte il y a à peine 2 heures. Je ne sais pas comment réagir. Et je crois qu’eux aussi ne savent pas quoi faire et réagissent comme ils le peuvent. »

Et Adam se trouve idiot. Comment demander à des enfants qui sont malheureux d’avoir perdu leur mère de se tenir tranquille. Il s’est senti désemparé.

Adam a alors compris que s’il l’avait su, il aurait sûrement prononcé sa demande autrement ou voire n’aurait rien dit.

Je garde cette anecdote précise et j’ai décidé depuis lors de la mettre en œuvre.

J’ai donc créé sur twitter un groupe où j’ai réuni plusieurs personnes plus ou moins concernées par l’histoire y compris les protagonistes.

Je ne leur ai pas dit ainsi mais c’est ce qu’il s’est passé et ce que j’attendais d’eux : « Je vous demande 2 choses : d’être honnête et de m’indiquer votre vision des choses. »

Cela est passé principalement par ces questions :

Pour les personnes non présentes au rendez-vous : « Quelle était votre vision des choses avant ce rendez-vous ? Qu’en pensez-vous aujourd’hui ? Comment me voyez-vous ? Que souhaitez-vous aujourd’hui ? »

Pour les 2 protagonistes : « Quelle était votre vision des choses avant ce rendez-vous ? Qu’en pensez-vous aujourd’hui ? Comment me voyez-vous ? Que souhaitez-vous aujourd’hui ? Avez-vous envie de réitérer ce rendez-vous ?»

Cette discussion, je l’ai voulu sans reproche, sans sentiment mais juste des faits. Elle n’a pas été simple à mener mais je pense qu’avec leur aide, nous y sommes arrivés.

J’ai également répondu moi-même à ces questions car comment demander aux autres de répondre si je ne le faisais pas moi-même.

Par respect pour ces personnes, je ne vais pas dévoiler tout ce qui a été dit. Sachez juste que la conversation a été longue, intense, difficile mais intéressante. Elle m’a aidé, m’a fait du bien et m’a permis de retrouver une certaine sérénité et apaisement. J’ai également pu mesurer et découvrir encore plus cette femme. J’ai appris des informations sur elles pour lesquelles je suis désolée et qui ne me donnent qu’une envie : l’aider.

Toutefois, pour en revenir aux visions des personnes, voici ce qu’il en est :

La situation inconfortable : Monsieur a rencontré une femme. Il l’a soumise en utilisant un scénario similaire que ceux qu’il utilise avec moi. Ils ont décidé de se revoir

Ma vision des choses :

Je n’ai pas été préparée à ce rendez-vous. Je savais qu’un rendez-vous à 3 avait été suggéré mais pour moi, il s’agissait d’une idée lancée en l’air comme cela. Jamais je ne m’étais dite que cette idée était si proche de la réalité.

Je savais qu’ils parlaient tous les deux. Mais j’ai supposé naïvement qu’ils parlaient de tout et de rien mais certainement pas qu’ils se cherchaient sexuellement.

 Lorsque j’ai su pour le rendez-vous, je pensais qu’ils allaient simplement coquiner. Lorsque j’ai su ce qui s’est passé, j’ai eu l’impression qu’ils m’ont poignardé au cœur quand j’ai appris pour les jeux de soumission et qu’ils m’ont achevé lorsque j’ai appris qu’ils comptaient refaire ce jeu entre eux. Comment 2 personnes pour qui je compte ont pu me tromper ainsi ?

Certes, j’accepte le libertinage de Monsieur. Mais avec des inconnues, il le fait en sauna, ne reproduit pas le scénario de soumission et surtout ne cherche pas à les revoir.

D’autant que les inconnues, je ne les connais pas. Savoir qu’ils coquinent avec des personnes que je connais me pose problème parce que je ne peux que mieux imaginer ce qu’ils se passent entre eux et cela me pose problème car je ne sais pas gérer.

La vision de cette femme :

j’étais au courant de ce rendez-vous. Elle pensait que j’en connaissais la teneur. Elle savait que je n’étais pas prête pour des jeux à 3. Mais elle pensait que j’acceptais qu’ils fassent des rencontres. Elle pensait aussi que ce serait un bon prémisse pour des jeux à 3. Comme cela, je pourrais savoir ce qu’il en est entre eux, savoir leurs jeux et voir si je suis capable de m’y mêler. Jamais, elle ne se serait imaginé que j’aurais pu mal le mettre et encore moins le prendre aussi mal.

Je compte beaucoup pour elle. Elle souhaite que j’aille mieux. Elle défend Monsieur Yannick et souhaite une chose : que j’accepte de jouer de nouveau avec lui. Parce que d’après elle, je compte beaucoup pour lui. Elle s’en veut de cette situation.

Ce qu’elle ne dit pas mais que je suppose, c’est qu’elle risque d’aller plus mal si je décide de ne pas reprendre mes jeux.

La vision de Monsieur Yannick :

Je lui ai plusieurs fois indiqué que je n’avais pas de sentiments vis à vis de lui. En tout cas, je ne suis pas amoureuse. Je lui permettais de rencontrer d’autres soumises à partir du moment où il me l’annonçait.

A partir de là, il avait mon accord et ce rendez-vous ne m’aurait jamais atteint comme il l’a fait en réalité.

Conclusion des visions

Qui aurait pu se douter que j’étais plus attachée à Monsieur Yannick que ce que je pensais ?

Je n’ai pas été clair avec lui, c’est que je voulais être prévenue pour me préparer et savoir ce qu’il en était.

Cette femme pensait innocemment que tout était clair car elle s’est fiée à ce qu’a pu dire Yannick et vu que je lui ai dit oui et que je n’ai émis aucune objection.

Comme vous, vous remarquerez que cette histoire est dû à un manque de clarté, de communication, d’interprétation et de quiproquo.

Lorsque j’ai su pour le rendez-vous, j’avais mille et une questions. Mais je n’ai pas osé les poser car :

  • Monsieur Yannick me l’a annoncé comme une affirmation sans que j’ai mon mot à dire
  • Il me l’a annoncé par écrit
  • Je ne me voyais pas et je n’avais pas le temps de les poser par écrit
  • J’aurais eu l’impression d’être une méchante et de les frustrer si je disais non
  • Je crois que j’avais peur des réponses éventuelles

Mais en réalité, ce sont des excuses. Car rien, absolument rien si ce n’est moi, mon éducation et le fait que je ne voulais pas être un frein pour eux, ne m’a empêché de les poser.

J’aurais dû les poser.

Avec des si, on referait le monde. Et finalement, existe-t-il finalement un méchant dans l’histoire ?

Non, que des bonnes intentions avec des personnes qui ont suivi leurs envies en pensant ne faire de mal à personne.

Je ne leur en veux pas. Par contre, je m’en veux de leur avoir bouffé le week-end, de leur avoir fait du mal et d’être rester dans l’indécision pendant plusieurs choses.

Et j’en veux à Twitter qui m’a littéralement fait tourner en bourrique même si les intentions étaient bonnes.

Maintenant les choses sont claires, sont réglées. Il n’y a rien à demander de plus.

Conclusion de cet article :

Une personne ne peut juger d’une situation sans avoir pris le temps de prendre en compte tous les éléments y compris des différentes visions des protagonistes.

En cas de situation d’inconfort, il convient de rechercher le besoin qui a été bafoué et de faire en sorte qu’il soit satisfait d’une manière ou d’une autre.

Lorsque plusieurs personnes sont mêlées à une histoire, il convient d’être dans la discussion, de les écouter avec intelligence et d’essayer de comprendre le comment du pourquoi.

Il faut également savoir prendre du recul, accepter ce qui est dit et regarder la situation dans sa globalité. Et si vous le pouvez, en changeant d’angle.

Quant au fait si je continue de jouer avec Monsieur Yannick, là n’est pas l’objet de cet article et vous le saurez bien assez vite.

Une réponse à « La prise de décision vis à vis du RDV avec Monsieur et une autre femme »

Laisser un commentaire