La bonne de la maison – lecteur test

Ce que j’attends de toi lecteur :

J’ai ce projet en tête depuis quelques temps. Toutefois entre mon imagination, mon écriture et ton attente, j’ai besoin de lecteurs tests.

Alors je te propose une fois que tu as lu que tu commentes en me disant ce que tu en penses, cela te plait-il ? Aurais-tu envie de lire la suite ? Qu’attends-tu de la suite ?

Et toute autre remarque que tu jugeras utile

Pour info, mon héroîne va plonger de plus en plus dans le BDSM. J’ignore encore jusqu’où et la fin…

Merci à toi

Journée 0

Cher journal,

Je n’ai jamais réussi à tenir un journal de toute ma vie. Et pourtant, j’adore non seulement raconter ce qui m’arrive mais également écrire.

Mais je dois dire que l’expérience qui s’annonce m’effraie et m’excite tout à la fois. Seulement, je sens que je n’aurais personne avec qui en parler. La meilleure solution est de t’avoir acheté et de te le relater.

Ce matin, ta Lilas, c’est moi, s’est réveillée joyeuse, énergique, dynamique. Il faut dire qu’il est rare que je sois déprimée. Et pourtant, j’aurais bien des raisons. Je vis en suivant l’air du vent, je suis incapable de garder un job bien longtemps et je navigue d’opportunités en opportunités.

Je n’ai guère trouvé celui qui me conviendrait. Dans le même temps, moi libre de penser et d’actions, je suis incapable de me lever tous les matins pour faire exactement la même chose que la veille. Je dois casser cette routine si chiante et si monotone. J’ai besoin d’actions, de surprises, d’aléas.

Tout comme mon attitude, je n’ai pas ma langue dans ma poche, je dis tout haut ce que je pense quand elle n’est pas en train de lécher le corps nu d’un homme.

Oh oui, je suis une folle de sexe. Tout comme un job, un seul et même homme m’ennuie très vite. Une fois que je l’ai pratiqué sexuellement, sauf s’il est très imaginatif, j’en change très souvent. De toute façon, ils tombent tous à mes pieds. J’arrive même à leur soutirer un peu de fric quand mon compte me crie au secours.

En même temps, comment un homme ne peut-il pas céder à un petit bout de femme de 1m75, une poitrine généreuse, un corps fin et élancé que je mets toujours en valeur avec des vêtements moulants ou transparents. D’autant que je suis brune avec des yeux marrons enjôleurs.

Quand je veux un mec, je sais parfaitement comment m’y prendre. Il m’est même arrivé d’en avoir trois rien que pour moi. Hmm, rien que d’y penser, j’ai la chatte humide.

Mais voilà, aujourd’hui, pas le choix, il me fallait trouver un job. Finis le temps où tu achète un job et épluche toutes les petites annonces. Maintenant, il suffit de prendre ta tablette, te connecter sur des sites et tu cherches le job parfait.

Personnellement, j’aime chercher le mot atypique. J’adore relever les défis. D’autant que crois-tu que ma tenue vestimentaire serait appréciée dans un bureau. Oh, j’ai déjà essayé mais j’ai été viré pour être trop provocante mais surtout parce que je me suis tapée tous les mecs célibataires du service et même deux hommes mariés mais j’ai refusé de coucher avec mon chef.

En général, je ne suis pas regardante pour une bonne partie de baise mais lui me semblait être un gros porc et un pervers.

Mais bon, quand tu es virée plusieurs fois d’un même type de job, tu en cherches d’autres.

Dans les atypiques, j’ai pu travailler dans un zoo. J’avoue que ce job me plaisait bien. Je devais nettoyer les crottes des animaux et leur donner à manger. Non, je ne me suis pas tapée les animaux. Je ne suis pas zoophile. Je sais que je suis ouverte mais j’ai mes limites !

Au moins dans celui-là, la routine n’existait pas et j’aimais le contact avec les animaux. Seulement voilà, je faisais tellement bien mon job que certains m’ont jalousé et ils ont réussi à me faire virer. Je crois que c’est la seule fois où j’ai pleuré d’avoir perdu un job.

J’ai essayé d’en chercher d’autres mais il aurait fallu que je change de ville. Je suis trop amoureuse de notre belle capitale où toutes les folies sont possibles et imaginables. Je verrais peut-être plus tard quand je n’aurais plus d’hommes à satisfaire.

Alors me voilà devant ma penderie me demandant comment m’habiller. Je me devais d’être à la fois sensuelle et élégante. Autant, être sensuelle n’est en aucun cas un problème. Mais l’élégance, je ne connais pas. Par miracle, je trouve une robe noire avec des fleurs, décolleté mais acceptable, arrivant aux genoux. La question vient alors, est-ce que je mets des sous-vêtements ?

Il vaut mieux. En effet, je dois rencontrer un couple qui recherche pour un domaine une personne pour renforcer leur équipe de domestique. Seulement, son rôle est clairement défini comme étant de devoir satisfaire tous les besoins et envies des propriétaires du domaine.

J’ai tiqué sur cette phrase et m’a rendu curieuse, je me rends sur le lieu convenu de l’entretien, un restaurant chic. Il m’offrait le déjeuner. J’avoue que lorsque je leur avais envoyé mon CV, je ne m’attendais à aucune réponse. Etrangement, ils ont exigé des photos. Celle de ma tête mais de moi en robe, en pantalon, en T shirt moulant. J’ai trouvé cela bizarre mais en même temps amusant.

C’est ainsi qu’ils m’ont fixé ce rendez-vous.

Quand je rentre dans le restaurant, moi, qui suis si naturelle, je me sens si petite et mal à l’aise. L’homme, dont j’ignore son titre, m’emmène à une table où se trouve le couple. Le monsieur se lève et je peux voir qu’il mesure environ 1m80, des cheveux noirs, courts, des yeux noisette charmeurs. Je sens qu’il peut charmer n’importe qui, mince, sportif, élancé. Je dois dire qu’il correspond au type d’hommes qui m’attire irrémédiablement.

Il écarte la chaise et me laisse m’asseoir. J’observe la dame. Elle a des cheveux mi longs, châtains clairs avec des mèches blondes, des yeux marrons. A première vu, on dirait qu’elle est timide à ce point qu’elle se fond dans le décor. Mais je comprends très vite au vu du poids de son regard sur moi, qu’elle m’observe attentivement également.

Ils sont tous les deux habillés élégamment, lui un costume qui le mets en valeur, elle une robe moulante blanche, je peux aisément deviner qu’elle est sans soutien-gorge.

J’ai peut-être commis une erreur. Je n’ose pas parler. Je me demande même ce que je fais ici. C’est lui qui prend la parole et me mets à l’aise. Il m’explique les tâches que je devrais faire : essentiellement nettoyer les pièces du bas mais surtout, ils attendent tous deux de moi bien plus.

Au départ, j’ai eu du mal à comprendre de quoi il parlait mais quand il m’a demandé :

« Décrivez-moi votre vie sexuelle s’il vous plaît ?

Je suis restée éberluée et mets quelques secondes avant de répondre :

– Suis-je obligée ?

– Si vous voulez ce travail, nous devons savoir si vous serez capable de satisfaire toutes nos envies et nos besoins. Je dois dire que nous sommes gourmands et vos photos nous ont vraiment donné envie de vous goûter.

Je comprends mieux l’aspect atypique. Je serais une sorte de jouet sexuel pour eux. J’ai joué à divers jeux d’un point de vue sexuel mais en général, je domine plus que je suis dominée. Je les jauge et me dit pourquoi pas. Après tout, le salaire est mirobolant, j’adore le sexe et c’est vrai qu’ils sont tous les deux attirants.

– J’ai une vie sexuelle débridée. J’ai eu de nombreux partenaires parfois plusieurs en même temps. Par contre, je mets un point d’honneur à prendre mes précautions. Je ne veux pas attraper de saloperie ni voir mon ventre s’arrondir.

Pour la première fois, c’est la dame qui prend la question :

– Quan vous dites partenaires, vous parlez uniquement d’hommes ?

– J’ai eu deux expériences avec des femmes. Et j’avoue que j’ai bien aimé. Mais voilà, j’attire plus facilement dans mes filets des hommes que des femmes. Mais recommencer avec une femme telle que vous, pourquoi pas. »

Autant mettre les pieds dans le plat, non ?

Ils m’ont demandé si j’aimais le BDSM et à part des petits jeux de rôle, je ne peux rien dire mais j’adore découvrir. J’adore attacher ou être attachée. Plus je leur parlais, plus je sentais leur désir pour moi.

A tel point que lorsque le serveur part après avoir récupéré notre commande pour le dessert, Monsieur m’ordonne :

« Sous la table, une bonne sucette vous attend. »

Je suis surprise. Mais au vu de leurs questions et du rôle que je devais jouer pour eux, cela n’est guère étonnant. Tout comme j’ai compris que si je n’obéissais pas, je n’aurais pas le job.

Je dois dire que la curiosité ne fait qu’accentuer mon excitation et mon envie. Je regarde autour de moi et me glisse aussi discrètement que possible sous la table. Je me rends alors compte d’un spectacle dont je ne me doutais absolument pas. La main droite de Monsieur est en train de caresser la chatte de Madame, tandis que la gauche fait des va-et-vient avec le sexe de Monsieur à l’air.

J’avoue que son sexe me donne envie. J’adore les bites longues et dures. Je vois également que Monsieur s’épile et j’avoue que c’est agréable surtout pendant une fellation.

Je m’approche avec délice de ce sexe qui ne semble qu’attendre ma bouche. Dès que je m’en empare et l’avale goulument, il retire sa main. Il me laisse le manger comme il me plaît. Je commence par des va-et-vient doux avant d’accélérer le rythme. Je sens son excitation monté d’un cran. Je ne peux ni l’entendre ni le voir mais je sais que cela lui plaît.

Je m’arrête. Je libère son sexe de ma bouche afin de sortir ma langue et de le lécher. Je descends jusqu’à ses couilles et je les goute avec délice. Surpris, il sursaute. Il est léger mais suffisant pour que je m’en rende compte. Je reviens à son sexe et reprends ma lèche.

Je remonte et ouvre grand ma bouche pour le prendre en entier. Je reprends mes va-et-vient. Je suis alors un peu déçue car je sens son jus couler dans ma bouche. J’aurais aimé que cela dure plus longtemps.

Je le libère et remonte pour revenir à ma place. Tellement concentrée sur ce que je faisais, je ne me suis pas aperçue que nos desserts étaient arrivés. Monsieur a un grand sourire. Madame attend la conclusion de ma prestation.

« Elle est géniale. J’ai hâte de pouvoir la prendre. D’ailleurs aimez-vous la sodomie ?

– Tout dépend du partenaire, Monsieur. J’en ai eu qui ne savent pas s’y prendre. D’autres beaucoup mieux. Mais un seul a réussi à me faire jouir par cette pratique.

– J’aimerais prendre votre cul. Mais une chose importante : votre consentement. Rien ne pourra être fait sans cela. Nous mettrons au clair tout cela quand vous viendrez.

Madame reprend :

– Nous vous attendons lundi matin. Un chauffeur viendra vous chercher et vous emmènera à notre domaine. Vous aurez un uniforme la journée mais le soir, vous pourrez vous habiller comme vous le souhaitez. »

Tu vois, j’ai réussi à avoir le job. J’avoue que j’ai hâte pour pouvoir jouer avec eux sexuellement même si c’est moi qui serais leur jouet. Mais dans le même temps, le travail de nettoyage, j’ignorais si j’en serais capable.

Dans tous les cas, comme je dis toujours, il n’y a qu’à essayer, non ?

10% pour toute commande avec le code LILI10