Des Courses imprévues

Cet article est écrit afin que vous compreniez ce qu’est la soumission dans toute sa profondeur.

Ce jour, je reçois un appel :

“Bonsoir Ma chienne

– Bonsoir Maître.

– Je dois faire des courses pas loin de chez toi et si tu veux, je peux passer quelques minutes pour te prendre dans mes bras.

– Tu en as pour longtemps dans les courses ?

– Non, pourquoi ?

– J’aurais 2, 3 choses à acheter. Si tu le veux bien, je peux t’accompagner.

– Très bien. Je te bipe quand je suis là.”

Cette conversation n’est pas l’exacte mais vous comprendrez que je ne peux tout partager mais surtout que ma mémoire est par moment défaillante.

Le hic, c’est que je suis en tenue du week-end : un pantalon court avec des chaussettes, un haut et un sweat ne me mettant aucunement en valeur. Je décide de me changer et j’opte pour un haut noir plus décolleté. Pour le bas, pas le temps et sincèrement pas l’envie.

Il me suffit d’attendre quelques minutes avant de recevoir le texto m’informant que Maître est là.

Je le sens pressé mais il prend le temps de m’embrasser et me prendre dans ses bras. Mais cela ne dure que quelques minutes.

Je me dirige vers ma portière. Et vu que je suis en mode “samedi où ce n’était pas prévu que je sois soumise”, j’ai failli toucher la portière avant que Maître se rappelle que c’est à lui de me l’ouvrir.

Je m’y installe. Il s’installe et nous emmène aux courses. pas le temps de caresses ou de jeux. Le trajet est court. Une fois garé, je fais le réflexe d’ouvrir la portière et la referme aussi sec. Mais voilà Maître s’en est rendu compte et me promet une punition. Pas ce jour.

Il vient m’ouvrir, me prend par le cou et nous en parlons et demande des excuses. Et j’avoue que mes excuses n’y ressemblaient pas vraiment. Alors j’ignore s’il m’en tiendra rigueur ou non.

Nous faisons les courses, ce qui ne l’empêche pas de m’embrasser et de regarder mon décolleté. Et vu qu’il est plus grand que moi, je dois avouer qu’il doit sûrement tout voir.

Il m’annonce également qu’il me paiera mes courses. J’avoue qu’entre ses remarques sur mon décolleté et mes courses, je suis gênée. Je n’ai pas voulu les faire en même temps que lui pour cette raison mais histoire de passer un peu de temps et je dois avouer c’était la bonne occasion d’acheter ce dont j’avais besoin.

Cela lui fait plaisir et je comprends que si je refuse, je vais piocher la carte aller directement à la case punition !

Nous échangeons, finissons nos courses. Seulement une fois faite, Maître se rend compte qu’il a oublié un produit. Nous y retournons à la va-vite avant de retourner à la voiture.

Il me raccompagne et c’est à ce moment-là qu’il joue avec mes seins. Mais très vite car il est pressé. Pour une fois, je suis autorisée à ouvrir ma portière. Il doit filer.

Même si ce n’était pas une séance en soi, je me suis quand même comportée comme sa soumise et lui mon Maître. Et ile st même aller plus loin en me faisant ce petit cadeau.

Alors toutes celles et ceux qui pensent que la soumission est purement et obligatoirement sexuelle, vous avez tout faux. Tout comme je me doute que certains seront déçus qu’il ne soit rien passé. Mais voilà, la soumission c’est aussi des évènements du quotidien !

5/5 - (7 votes)
Un week-end au chalet - Le Samedi Matin (Partie 1)
Récit fictif - Cris et chuchotements