Chienne dépannée par son dominant


Avec Monsieur Yannick / samedi, août 10th, 2019

Dans ma salle de bains, j’ai 2 lumières. Seulement, les 2 se sont mises à ne plus fonctionner. Pour l’une, un fil a été déconnecté. Pour la seconde, en enlevant l’ampoule, j’ai malencontreusement cassé quelque chose.

Ne connaissant rien à l’électricité et vu que pour la 2ème, je suis trop petite, j’ai demandé de l’aide à mon dominant. Ce dernier disponible en ce samedi accepta volontiers.

Avec sa venue, je devais régler un problème de taille : Ma tenue. J’optais pour une robe noire avec un décolleté plongeant et bien évidemment aucun sous vêtement. En voici la photo (Bientôt vous me reconnaîtrez dans la rue grâce à mes vêtements)

Décolleté de Lilisoumise

Lorsqu’il arriva, il apprécia ma tenue. Il m’embrassa et me prit dans ses bras. Il est très câlin comme moi. Il sait combien j’en ai besoin en ce moment et j’adore quand il me prend dans ses bras.

Je l’emmenais dans ma salle de bain. Il regarda les 2 ampoules. Comme mon blog n’a pas vocation de parler d’électricité, je vous passe les détails si ce n’est qu’il m’a donné les solutions.

Nous sommes alors revenus dans mon salon. Ce que vous devrez savoir, c’est qu’ayant aussi un problème de rideau (j’attendais la solution des lumières avant d’aller dans un magasin de bricolage) et vu que ma fenêtre était ouverte, tous les jeux suivants ont pu être vus par mes voisins d’en-face. J’en avais parfaitement conscience et le dit à mon dominant qui trouvait cela particulièrement amusant.

Debout face à lui, il joua avec mes tétons avant de me prendre dans ses bras. Quand il le fait et qu’il me cherche, il en profite pour tâter mon cul et fut satisfait de constater qu’il était à l’air libre sous ma robe.

Il me dévora mon cou sachant l’effet que cela me fait. Il m’éloigna de quelques centimètres de lui mais c’était pour mieux libérer mes seins de ma robe.

Il joua avec eux avant de me retourner et d’allonger le haut de mon corps sur ma table. Il me pénétra avec ses doigts. La jouissance monta rapidement et dans ces cas-là, j’ai tendance à me relever. Je me retrouvais debout devant lui en femme fontaine. Il ne disait plus que j’étais une chienne mais la sienne.

Il m’allongea de nouveau sur la table. il maintint mon cou sur la table pendant qu’avec l’autre, il fit tout pour que je coule de nouveau. Cette fois-ci, la jouissance fut plus puissante et je mordis la manche de ma robe pour atténuer mes gémissements (la fenêtre était ouverte pour rappel et n’importe qui pouvait m’entendre).

Il me laissa me relever après ma 2ème jouissance. Cela ne l’empêchait pas de mordre mon cou, de me triturer mon intimité et mes seins. Néanmoins, il nous accorda une pause durant laquelle je pus ranger mes seins.

Nous nous sommes assis à ma table et avons bu un verre d’eau. Je n’avais qu’une envie, prendre ma chaise et m’asseoir à côté de lui pour avoir des câlins. Et pourtant, je ne le fis pas et je pense qu’il le découvrira en lisant cet article.

Sans intention de ma part, je lui posais une question sur mon appartement qui nous obligea à nous relever. Je crois que nous avions conscience mais nous revînmes à la table. J’étais collée à elle et lui était en face de moi. Une deuxième envie que j’ai aussi cachée me vint : m’asseoir sur ma table devant lui.

Je ne l’ai pas fait parce que je me doutais que je réveillerais le démon qui sommeille en lui. Je crois que quand il devient mon maître, mon monsieur, il est en réalité un démon. Par contre, je ne l’ai jamais appelé monsieur cette après midi et j’en suis ravie car il ne m’a pas punie. Bien que j’en ai eu conscience durant la deuxième partie de jeu. J’en suis fière mais risque de le regretter car il peut très bien me punir la prochaine fois.

Il finit par s’asseoir sur sa chaise. Je restais debout et il m’attira à lui, face à lui. Il libéra de nouveau mes seins de ma robe pour jouer avec. il m’approcha de lui et commença à me pénétrer à nouveau avec ses doigts. Naturellement, ou plutôt comme une chienne le ferait naturellement, je passais ma jambe par-dessus la sienne pour qu’il ait une meilleure emprise et me faire jouir.

Il stoppa net et me dit : « – Va chercher le gode. »

Vous savez, celui que je vous ai demandé de me rappeler de me débarrasser lors du dernier article.

Pour m’encourager, j’eus droit en plus à une fessée. Quand je le ramenais, c’était pour mieux m’allonger sur la table avec une main qui m’enserrait le cou tandis qu’avec l’autre, il me pénétra avec mon gode lorsqu’il arrêtait des va-et-vient, j’avais droit à des morsures dans mon cou tout comme il répétait le fait que j’étais sa chienne.

Ce qui fait qu’à la première jouissance avec le gode, je me relevais.Mais il n’en avait pas fini avec moi. il m’avoua que vu que je redémarrais après une jouissance, il ne se lassait jamais de jouer avec moi.

Il m’allongea de nouveau sur la table, ventousa le gode sur sa jambe et me pénétra de nouveau avec. Une nouvelle jouissance ne tarda pas à arriver, m’obligeant à mordre une nouvelle fois la manche de ma robe.

Il continua quelque peu et me libéra de cette étreinte après que la jouissance se fut exprimée. Il m’ordonna alors de le raccompagner à ma porte seins à l’air. Mais en discutant avec lui, mon réflexe avait été de remettre mes seins dans ma robe. Bien que j’arrêtai le geste avant qu’un de mes seins ne soient remis en place, il s’en aperçut. Ce qui me valut 2 bonnes grosses claques sur chaque fesse.Bien que je vous écrive quelques heures après, ma chatte est encore réactive à ce qui s’est passée cette aprem.

Comme d’habitude, elle a droit à plus de jeux, elle en réclame plus. Je vais voir comment mon corps évolue mais il n’est pas impossible que je doive continuer à jouer seule pour assouvir ses envies.

Laisser un commentaire