Moments de tendresse


2021, Avec Monsieur Yannick / vendredi, août 13th, 2021

Je vous préviens cet article n’a rien à voir avec tous ceux que vous avez pu lire jusqu’à présent. Mais la soumission n’est pas que de montrer l’aspect agréable, les jouissances, le plaisir… C’est aussi montrer d’autres facettes. C’est votre droit de ne pas lire la suite mais sachez une chose, c’est qu’alors vous n’avez rien à faire dans le monde BDSM et que vous oubliez qu’une soumise est une femme avant tout avec ses envies, sa vie et ses problèmes. Tout comme Monsieur. Mais par respect pour lui, je ne parlerais pas de sa vie car c’est à lui de le faire s’il le souhaite.

Au départ, je ne voulais pas raconter ma soirée et ma nuit avec Monsieur Yannick. Car je pense que ces moments ont été exceptionnels à mes yeux et répondent à mes besoins les plus pressants du moment. Et je n’avais aucune envie de le partager avec qui que ce soit.

Ensuite, j’ai repensé à tous les messages et commentaires que j’ai reçu ces dernières semaines. Les personnes qui me remercient et me flattent sur mon blog. Ceux qui m’envoient leur bite en photo ou en vidéo pour me montrer à quel point mes récits les excitent. Ceux qui pensent que le sexe est toute ma vie et que j’adore chauffer les hommes alors que c’est ce dont j’ai le plus horreur. Ceux qui pensent qu’une soumise a envie d’envoyer des photos ou vidéos d’elle, qui plus est, gratuitement. Ceux qui pensent que parce que c’est ce que j’ai toujours fait, je me dois de raconter ma séance ou ma rencontre avec Monsieur Yannick. Ceux qui remettent en cause mon statut ou ma relation avec lui. Ceux qui veulent que je révèle mes tenues du jour. Ceux qui fantasment et pense que je passe tout mon temps en tenue sexy… Je pense même en oublier.

Au final, ce dont je me rends compte, c’est que la majorité de ceux qui me remercient ou qui me critiquent, s’arrêtent uniquement à mes publications sur les réseaux sociaux, s’arrêtent à ce que je montre et ne s’intéressent aucunement à la femme que je suis. Quasiment aucun de ceux qui me contacte en privé savent que j’adore aller au cinéma, que j’adore regarder des films ou des séries. Que friends tourne en boucle chez moi. Que le lundi, je regarde Kaamelott. Que j’attends avec impatience de retourner voir une troupe d’improvisation que j’adore ou de refaire mes soirées jeux de société.

Sans compter qu’ils ne comprennent pas que si je vois si peu Monsieur Yannick et que j’accorde si peu de temps à ma vie sexuelle, c’est que je suis une maman solo avec des enfants qui peuvent se garder seuls le soir de temps à autre. Mais je ne peux me permettre de trop sortir car je culpabiliserais et considère cela comme irresponsable. Vous me direz, et le babysitting ? Avez-vous regardé le prix ? Je n’en ai clairement pas les moyens. Alors dans ma vie, je fais des compromis et m’organise afin de pouvoir jouer tous les rôles que je me suis accordée que ce soit mon rôle de maman, de travailleuse, de femme et de soumise. Comme beaucoup, je jongle toute la journée avec ces rôles.

Alors, hier, quand j’ai vu Monsieur Yannick et bien que j’avais une culotte vibrante télécommandée avec laquelle il a pu jouer à loisir durant le restaurant. Il a senti ma détresse et ma tristesse parce qu’il est au courant d’un coup de la vie qui me fait souffrir et je n’arrive pas pour l’instant à la dépasser. Je ne voulais pas non plus gâcher ce moment en parlant uniquement de cela. Je voulais aussi du plaisir sexuel. Alors j’ai demandé à parler d’autres sujets plus légers. Mais clairement, je n’étais pas euphorique ou dans le jeu ou dans l’impatience comme je le suis à chaque fois que je sais que je vois Monsieur Yannick. Je ne me suis donc pas considérée comme soumise mais une femme.

A la fin du repas, j’ignore comment j’y suis arrivée mais j’étais détendue dans sa voiture. Et pourtant, je pensais qu’on allait faire cette fameuse promenade dont j’ai longtemps parlé sur les réseaux sociaux.

Bien qu’il en avait envie, il a décidé qu’on allait rentrer dans ma maison. J’ai ressenti une sorte d’incompréhension. Mais il m’a expliqué que j’ai besoin d’autres choses et qu’en tant que maître, il est là non pas pour écouter ses envies ou ses besoins à lui mais les miens.

Nous sommes donc rentrés et nous avons passé un long moment sur le canapé, moi dans ses bras. Je me sentais si bien. Je sais que j’aurais pu rester des heures ainsi. Je me suis quand même vite retrouvée nue et même s’il a pris en bouche mes seins et les a caressé. Moi de ce moment-là, je ne retiens qu’une chose : le bien être que de pouvoir se reposer sur un homme rien qu’en étant dans ses bras.

Nous sommes partis dans la chambre et nous nous sommes couchés, toujours moi dans ses bras. Je ne vais pas dire que j’allais être déçue qu’il ne se passe rien mais même si ces câlins, cette tendresse j’en avais besoin, j »étais aussi en manque de sexe.

Alors, oui, je peux vous raconter comment il m’a branlé et bien que rien ne me retenait, je ne bougeais pas. Je peux aussi vous dire qu’il a utilisé deux godes alors que j’étais allongée sur le dos ou en levrette. Je peux vous dire que j’ai joui plusieurs fois.

Mais en réalité, de cette nuit, ce n’est pas cela qui compte. Ce qui est important, c’est qu’après, j’étais bien dans ses bras. Mais malheureusement, j’ai toujours du mal à m’endormir dans les bras d’un homme. Monsieur a du se relever pour combler un besoin (ce n’est pas aller aux toilettes), j’en ai profité pour me mettre en position et m’endormir.

J’ai dit quelques phrases à Monsieur lorsqu’il est revenu mais je ne me souviens plus lesquelles. Même si lui et moi nous sommes réveillés durant la nuit, pour une fois, rien ne s’est passé. Si ce n’est que je me rapprochais de lui.

Le matin, à notre réveil, nous avons repris de longs moments de câlins, toujours moi dans ses bras. Je me sentais si bien, paisible, détendue et qui m’apportait presque un meilleur bien être qu’une séance où je prends un plaisir incommensurable.

Ayant notre vire à reprendre, malgré mes désirs, il a fallu en rester là et Monsieur est parti. J’aurais pu rester toute la journée dans ses bras. Parce que dans ces moments-là, je me sens si bien, forte, invulnérable.

Et quand je me retrouve seule, je lutte pour ne pas penser à cette souffrance, je lutte contre les pensées noires et essaie de penser à quelle sera ma prochaine sortie.

Alors vous voyez, je pourrais uniquement vous parler de sexe. Mais voilà, une soumise n’est pas que du sexe, c’est aussi une femme qui peut avoir besoin d’une bonne séance de tendresse en étant dans les bras de son maitre.

Certainement que des lecteurs seront déçus. Mais peu importe, si vous ne le comprenez pas, c’est tant pis pour vous.

Je sais que cela peut aussi avoir l’air d’une justification envers toutes les attaques reçues ces derniers temps. Mais au final, j’ai pris conscience ce matin que je ne le devais pas. Je vis mon expérience et ma vie comme je l’entends. Cela peut plaire ou non, certains essaieront toujours de me juger ou de me casser. Mais au final, que savez-vous de moi pour pouvoir le faire ? Qui êtes-vous pour vous autoriser à le faire ?

Je pense que je vais perdre beaucoup moins d’énergie avec ces personnes mais celles qui veulent s’intéresser à la femme que je suis et ne s’arrêtent pas qu’aux possibilités sexuelles que ma soumission peut permettre.

10% pour toute commande avec le code LILI10

4 réponses à « Moments de tendresse »

  1. Bonjour Lili
    L’important c’est que vous ayez passé un excellent moment avec votre Maître
    Il n’y a pas que le sexe dans la vie. C’est important certes, mais il est des moments où la tendresse est très importante également
    Profiter bien de cette complicité avec votre maître
    Je vous admire
    Jean-pierre

  2. Moi je commence d’aimer votre Monsieur. J’aime quand je voir des maîtres qui prend soin de leur soumise. Je pense que beaucoup des hommes qui vont être maître d’apprendre connaître leurs soumise. Merci pour votre blog.

Laisser un commentaire