Une Domina généreuse veut non seulement m’offrir deux corsets qu’elle a achetés pour moi, mais m’en offrir d’autres qui ne lui conviennent plus.

Quand je parle de corset, je vous parle de vrais corsets dont les prix tournent autour de 200 euros chacun.

Mais il est vrai que pour aller chez elle, il me faut plus d’une heure de voiture. D’habitude, je suis peureuse de rencontrer des followers surtout quand le rendez-vous pris est chez elle (enfin, c’est ce que je croyais). Mais elle n’a pas été offusquée que nous parlions dans un groupe où Maître Yannick était présent. De plus, elle a pris des initiatives pour me rassurer.

Maître Yannick avait un bon feeling également, du coup, c’est ainsi qu’en ce dimanche pluvieux où il fait bon de rester sous la couette ou devant un bon feu de cheminée, je me retrouve à conduire.

Je n’ai pas trop de difficulté à trouver et je suis ravie du lieu où elle se trouve. C’est un bâtiment ancien et son appartement est petit, certes, mais joliment décoré convenant parfaitement à ce lieu. Moi, qui adore l’ancienne époque surtout niveau mobilier, j’adore. Je me vois bien vivre dans ce genre de lieu si plus grand et si les moyens de m’offrir les meubles qui vont avec.

Elle m’explique qu’en fait ce lieu est son lieu de rendez-vous pour ses pratiques. D’ailleurs, je suis surprise de voir un homme avec un collier et une laisse. Elle me précise de ne pas être choquée. Je ne le suis pas mais très surprise. D’habitude, c’est moi qui porte le collier. Elle le commande et c’est ainsi que ce soumis me débarrasse de mon manteau et est en charge de me servir un verre d’eau.

Direction la chambre où elle me montre les différents corsets et il faut dire qu’il y en a de magnifiques. Toutefois, vu que le site où elle commande sont des tailles anglaises, il n’y a plus qu’à espérer qu’ils me vont.

Je les essaie un par un. Et me voilà, qui me retrouve comme Rose dans Titanic, à devoir me tenir au mur ou à portée de main tandis que cette domina me serre les corsets. Certes, il faut apprendre à respirer et cela fait du bien quand on les enlève, mais il faut dire que l’effet est juste Waouh.

Bien évidemment, des photos sont envoyées à Maître Yannick qui ose même être un peu exigeant avec l’un des corsets. Mais que voulez-vous, on ne refait pas les hommes.

Par moment, j’ai des difficultés à les enlever même à les attacher. Au début, je joue les prudes et ne montre rien de ma poitrine. Mais après tout, c’est une femme, c’est une domina et elle a su m’accueillir chaleureusement et me mettre à l’aise. Non pas que je cherche quoique ce soit, mais finalement, elle la verra plusieurs fois. J’avoue qu’au départ, mon côté pudique est revenu voulant la cacher avec mes bras et finalement, je les ai laissé retomber. Je sentais qu’il n’y avait pas de problème. D’ailleurs, elle ne fera qu’une seule réflexion qu’elle est bien jolie ma poitrine.

Nous discutons de choses et d’autres. C’est ce qui me surprend, mais cela ne devrait plus. C’est bien qu’elle soit en tenue de domina, un homme assis sur une chaise à notre disposition, nous parlons de choses et d’autres comme si de rien n’était.

Le temps passe. Finalement, je ne repartirais qu’avec un seul corset, car seul lui sera à ma taille. Mais elle en retournera plusieurs dont deux à ma taille qu’elle me fera parvenir.

Moi, qui avait vu que la générosité gratuite était en train de mourir. Elle revit grâce à cette Dame. Elle n’a rien demandé, fait aucun geste déplacé, m’a accueillie comme si on se connaissait depuis toujours et m’offre de bien jolis cadeaux. J’ignore encore comment la remercier même si j’ai bien compris que me revoir en compagnie de Maître lui ferait plaisir.

Elle a saisi que ce serait chose compliquée, mais pourquoi pas. Elle ordonne à son soumis de me raccompagner à ma voiture. Curieuse de savoir ce qu’il fait avec elle, je lui pose des questions le temps du trajet. Grâce à sa bonne attitude, il recevra plus tard une récompense, c’elle de lécher les chaussures de sa domina si j’ai bien compris.

Sur le retour, ayant un haut décolleté qui peut se délacer, j’ai envie de jouer avec. Je défais le nœud de mon haut et pendant quelques minutes, dévoile ma poitrine. J’ignore si on peut réellement me voir jusqu’à ce qu’un chauffeur en face tourne la tête en ma direction.

Finalement, quelque peu gênée, je remets mon haut en place, mais largement décolleté. Ma poitrine est à la fois dévoilée et cachée. Mais c’est ainsi que je fais le reste du chemin. Je n’aurais pas été contre de prendre du bon temps sur cette route. Mais vu le temps, personne n’est arrêté, pas d’autostoppeur et me connaissant, probablement que j’aurais continué mon chemin sans oser assouvir cette envie.

J’envoie une dernière photo à Maître lui montrant comment j’étais sur la moitié du chemin. Il en est ravi.

Finalement, ce trajet valait la peine. J’ai fait une belle rencontre, j’ai passé un bon moment. Et même si j’ai été heureuse de rentrer et retrouver ma couette, je ne regrette pas de m’avoir, pour une fois, forcé la main.

Un énorme merci à elle !

Punition et nuit de chienne

Vous pourriez aussi aimer...

6 commentaire

  1. Hâte de lire la prochaine rencontre. C’est un de tes fantasmes non de profiter d’une femme? As tu celui d’être offerte a une femme?

    1. De profiter d’une femme ou être dominée par elle n’est pas mon fantasmé non.
      Par contre, très envie de réitéré une expérience avec une femme dans le partage, la douceur et la sensualité

      1. Tu seras toujours la bienvenue !
        Et puis petit à petit s’apprivoise un corset.😉

        1. Merci. Je vais effectivement me mettre à porter des corsets. Et ce, en tout temps et heure.

  2. Belle rencontre que vous avez bien fait de faire.
    Il y a toujours quelque chose à gagner avec de nouvelles personnes, surtout quand elles sont bienveillantes.

    1. Tout à fait. Surtout quand la personne est gentille et généreuse avec moi

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :